Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/07/2008

... Et de le rattraper!

Après une attente qui me semble interminable, j'entend un "Eh oh!" derrière moi... Mais qui est ce malotrus qui m'interpelle de la sorte? Oh! Un chauffeur de taxi! Dans un taxi! Avec Misterdoudou sur la banquette arrière! Vite, on embarque les bagages, monsieur le chauffeur nous promet qu'il va essayer de faire au plus vite, et nous voilà partis! Il est 19h26... Suspense!

Vous avez déjà essayé de sortir de Paris en pleine heure de pointe? Oui? Bon, ben vous voyez le tableau alors... Pour ceux qui n'auraient jamais essayé je vous raconte un peu. Le chauffeur était aussi stressé que nous à l'idée que l'on rate notre avion. Il essaye une sortie. Ca bouchonne. Une autre? Ca bouchonne, une troisième, ça bouchonne. Il se confond en excuses comme si c'était de sa faute qu'il y'aie des embouteillages... Finalement il s'accroche et on sort. Il est déjà 20h passées...

Dans la voiture, on fait des plans. Oussama maintient que tant que l'avion n'a pas décollé, on a une chance de monter dedans même si l'enregistrement est terminé. Moi je demande à voire pour y croire... Finalement, il est convenu que l'un de nous deux courra jusqu'au guichet Skyeurope, pendant que l'autre sortira les bagages et suivra à une vitesse plus modérée... (Obligé en tirant 40Kg!)

 20h23, nous arrivons finalement à l'aéroport... Oussama se dépèche vers le comptoir, je suis. Quand je le rejoins,  la blondasse du guichet est déjà au téléphone en train d'essayer de placer "ses lasts"... Peine perdue, elle passe trois appels, nous assène que si on n'avait pas de bagages, on aurait pû embarquer, mais là les tapis sont fermés, donc non, c'est raté, et on va devoir payer un nouveau billet. Pour Prague et Bratislava, c'est pareil... Elle a fini son service, elle s'en va.

On tente notre chance au comptoir Aéroport de Paris... Ils ne peuvent pas grand chose non plus. Il est déjà 20h30 passées. Finalement, on décide de regarder les télés pour repérer sur quelle compagnie il y'a un vol qui pourrat encore nous accepter. Et là, écrit, sous nos yeux: Paris-Vienne, le notre: prévu à 21h30... Quoi?????????????????????????? 

Bon, pas de panique. Notre avion qui aura dû décoller depuis dix minutes, est encore là. Le guichet de la compagnie est fermé. Retour à la réception des Aéroports de Paris. Nous n'avons pas de carte d'embarquements, mais 40 Kg de bagages. Oui, inviduellement, chaque sac/valise passe en cabine, sauf qu'il y'en a... 6. Sans compter les sacs plastique. la dame nous dit de tenter notre chance et d'essayer d'accéder à la salle d'embarquement.

On monte donc. En haut, le gars de la sécurité est formel: sans carte d'embarquement, on entre pas. Bon. Il fait son boulot, on ne peut pas lui en vouloir. Il nous conseille d'aller voir au comptoir Aéroport de Paris. Oussama y court pendant que je garde les bagages...

Après peu de temps, je le vois remonter, toujours en courant. Il me crie quelque chose dont je ne comprend que Copenhague... Ma tête décide donc de comprendre qu'ils nous ont trouvé un vol pour Copenhague. J'imagine donc que de Copenhague, on pourra prendre un autre vol pour Prague, Vienne, ou Bratislava. En courant avec tous les bagages que je suis capable de tirer (et je sais pas si vous avez déjà essayé de courir bien chargé, mais c'est carrément du sport!), je trouve quand même le souffle de lui répondre que Cophenague, c'est loin...

Enfin, notre course effrénée s'arrête à un comptoir d'enregistrement, ouvert specialement pour nous grâce aux bon soins de madame Attaia, une hôtesse algérienne à qui Misterdoudou à raconté qu'il allait perdre son job si il n'était pas autravail en tchéquie à 8h le lendemain matin... 

En deux minutes, nous sommes enregistrés, nos 40Kg avalés par le tapis roulant, nos cartes d'embarquement entre nos mains... Attaia et son équipe de choch nous ordonnent de courir jusqu'à ce qu'on disparaisse du champ de portée de leur voix.. Et nous courons, nous courons, nous courons... Et arrivons tout essouflés en face de l'hotesse d'embarquement, qui nous voit arriver dans cet état d'un air ahuri:

" Mais vous n'avez pas compris? L'avion est en retard, on devrait embarquer dans une vingtaine de minutes..."

 

Ô joie... 

SL270779.JPG

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Commentaires

hihihi

Écrit par : Charlotte | 05/07/2008

Les commentaires sont fermés.