Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/05/2011

Du soulèvement des jupes...

Depuis peu, le beau temps est revenu, et on peut observer nos congénères se promener en tenue légère un peu partout...

Légère? Légère.

La jupe est une invention bien ancienne, bien que sans mentir, je ne saurais dire de quand elle date. Seulement, à l'époque, on faisait des jupes et des robes longues, et lourdes. Donc pas légères.

Depuis que les femmes se sont rebellées et ont commencé à porter des pantalons, les jupes ont bien changé.

En effet, adaptées à la mode, aux nouveaux critères de confort et autres, elles se sont fait légères, légères, légères... Si légères qu'un petit coup de vent et pffffffffffffffiou! Elles dévoilent bon nombre de paires de fesses et petits dessous.

Jupe.jpg



On a bien essayé, de faire varier les formes et les matières... Mais avouons le, les plus jolies jupes, et les plus confortables, sont les virevoltantes!

D'ailleurs sinon, pourquoi est-ce qu'on s'obstinerait à les porter, malgré le danger qu'elles représentent pour notre intimité?


C'est donc l'arrivée du beau, temps, accompagné comme tous les jours de son florilège de petites culottes, strings, popotins dénudés... Et jupes volantes qui se soulèvent au moindre coup de vent, dans les endroits "sensibles" que sont les escaliers et les entrées de bâtiment propices aux courants d'air, revendiquant leur liberté de petites jupes légères flatteuses et confortables, emprisonnant ainsi les pauvrettes osant encore les arborer, condamnées à retenir leurs jupons... Mais d'une manière bien différente des princesses de contes, non... Le but étant purement et simplement d'éviter l'envol de la jupe rebèle, si il faut tire-bouchonner, empoigner ou encore coincer la précieuse étoffe entre un ordinateur portable et un téléphone, les dames n'hésitent pas...

Et ça n'a alors plus rien de glamour, parole de 7nain!

Rendez-vous sur Hellocoton !

Les commentaires sont fermés.