Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/01/2012

Pourquoi ça craint de prendre un cours de conduite à 11h30 un mardi...

Les autres jours, j'ai pu demander le cours de 10h. mais aujourd'hui, seul le créneau de 11h30 était disponible. Bien motivée, j'ai donc pris ce qui était disponible.

Sauf que pour moi, 11h30 c'est l'heure de me réveiller, manger, me doucher, quand je ne suis pas occupée à des activités passionnantes telles que la création d'une fan page pour ce blog, ou mon blog de cuisine qui bat actuellement des records d'audience...

Et puis un cours de conduite à 11h30 un mardi quand il fait -11° à 11h et que tu es bien plus motivée pour un programme couette+chocolat chaud que pour mettre le nez dehors, ça craint.

Bref, 11h30, c'est l'heure de tout, sauf de conduire (mal en plus).

Du coup j'ai anticipé. A 9h30 j'ai commencé à faire cuire mon blé pour le repas. Oui, le blé entier ça cuit longtemps.

A 10h40 je l'ai mis au four avec les autres ingrédients de mon gratin de blé et j'ai filé sous la douche.

A 10h55, le gratin n'étant toujours pas prêt, j'ai décidé de me laisser sécher quelques instants, confortablement affalée assise dans le canapé. Oui, parce qu'après une douche, figure toi lecteur qu'il fait bon se laisser sécher dans un canapé. le principe est simple: tu t'essuies bien dans ta serviette, tu t'enveloppes dans ton peignoir, et tu vas t'onstaller confortablement en attendant que toutes les gouttes d'eau de la douche quittent ton corps, y compris tes cheveux. La durée de l'opération varie en fonction de divers facteurs: la température, le taux d'enveloppement du peignoir, etc...

Au bout de 10 minutes de séchage intensif, j'ai pu me servir une belle part de gratin de blé. Là, tu constateras que quelque chose cloche déjà. Ben oui, le gratin a mis plus longtemps que prévu à cuire, puisqu'il faut 30 minutes pour manger en moyenne, et que là il ne m'en restait déjà plus que 25...

Mais conduire l'estomac vide, c'est mal. Donc je me sers une part. Et je commence à manger, vitesse maximale. Arrivée au milieu de mon assiette, je me rends compte que j'ai battu des records: il est 11h18.

Je suis encore en peignoir en train de sécher.

Il me reste une demie assiette de blé à manger.

Mes cheveux sont encore bien trempés, et surtout pas démélés.

J'ai oublié où j'ai rangé mes chaussettes propres dans la nouvelle armoire.

Je n'ai pas encore badigeonnémon ventre d'huile d'amande, ni mon visage d'eau de rose.

Bref, je ne suis pas prête.

Je te l'avais dit moi que ça craint le cours de conduite à 11h30. Heureusement: je sais comment je vais m'habiller!

Je commence par finir mon assiette.

Puis je file m'habiller le plus vite possible, en faisant l'impasse sur l'uile d'amande et l'eau de rose, après tout je pourrai le faire en rentrant...

Heureusement j'ai réussi à mettre la main assez rapidement sur une paire de chaussettes...

Heureusement le shampooing n'avait pas totalement réussi à bouter l'huile d'argan du soir hors de mes cheveux, ce qui a considérablement facilité leur démélage...

Heureusement, je savais ce que j'allais mettre et n'ai pas eu besoin de fouiller dans toute ma garde-robe (comment ça je l'ai déjà dit???).

Une fois que tout fut fait, il ne me restait plus qu'à mettre mes chaussures, mon manteau, mon écharpe, ma chapka... 

Mais comme je te l'ai dit, un cours de conduite à 11h30, ben ça craint.

Surtout quand tu es en retard ET enceinte, et qu'il te faut bien 5 minutes pour enfiler tes pompes pour cause de ventre proéminent, mais que tu oublies d'ajuster tes calculs en tenant compte de ce détail à chaque fois que tu dois aller quelque part...

Après un effort démesuré pour enfiler mes bottes en seulement quelques minutes, je me suis donc décidée à regarder l'heure. 11h40. Ça va. Sachant que l'auto-école a systématiquement 15 minutes de retard et que d'habitude je gèle sur place en poireautant en attendant ma petite voiture et son chapeau qui crie "Attention, danger public!", je me dis que pour une fois, ça pourra bien être le prof qui attend quelques minutes hein.

J'enfile donc de quoi affronter le froid, en héistant entre enchaîner sur boire un peu d'eau ou ne pas perdre les 20 secondes supplémentaires que ça me demanderait, quitte à risquer la déshydratation en cours de route... Mais comme je venais déjà de sécher sur le canapé, j'ai jugé bon de remettre un peu d'eau à l'intérieur de mon corps (comme ça pas besoin de resécher!).

Bref. Vers 11h42, j'ai été prête à partir. Le prof était déjà là quand je suis arrivée (une première sur tous mes cours de conduite!)

Toute émotionnée, j'ai oublié de lui demander où était le nouveau bâtiment de l'auto-école, où je suis sensée aller au code demain...

Moi je te le dis lecteur, un cours de conduite à 11h30 un 31 janvier, ça craint. Parole de 7nain!

Ca faisait longtemps!

Et oui, il y avait bien longtemps qu'on ne s'était pas réveillés avec le thermomètre qui affiche un joli -12°...

Il faut bien avouer que l'hiver, on n'y croyait plus! Le gredin, il a donc attendu la fin janvier pour se déclarer, sans crier gare, sans fanfare de neige ni de gel, mais des températures dignes de mes plus beaux hivers tchèques...

Heureusement que nous avions été prévoyants: en décembre nous avions acheté des chapkas!

29/01/2012

Les gogoleries de la semaine

Ou plutôt des deux dernières semaines puisque je n'ai pas été très assidue en écriture ces derniers temps...

"tricoter pour la tchequie" Pourquoi pas... Mais je suis sûre que d'autres endroits du monde ont bien plus besoin de l'aide humanitaire hein!

"activite manuelle sable" Non. Encore jamais rien fait avec du sable moi!

"biscuit nature forme" J'ai dû bien réfléchir avant de voir où tu voulais en venir... Mais je ne vois que cet article qui puisse t'aider!

"biscuit vegan bb" pas encore de cuisine bébé ici... Et ça risque de ne pas être tout de suite hein! Pour les biscuits vegan tout court, regarde sur le post d'au-dessus! En revanche les gâteaux vegan, mis à part le cake à la banane, je ne suis pas convaincue par le goût...

"boites à bonbons" Moi j'ai juste parlé des nombres impairs de bonbons dans les boites DE bonbons, mais je ne pense pas avoir jamais parlé des boites à bonbons sur ce blog...

"bonne annee" Merci, à toi aussi!

"bouture ficus" et "bouturer un caoutchouc" Oui, je l'ai fait quand j'ai tailler les bêbêtes... Mais je suis au regret de t'annoncer que sur les 5 boutures qui avaient réussi, il n'en reste plus qu'une qui soit bien vigoureuse. les autres n'ayant pas resisté au changement de température en passant du balcon à la maison pour l'hiver... La sélection naturelle quoi.

"caoutchouc fleur ficus" Ouh la. Alors, le caoutchouc EST un ficus, et non, il ne fait pas de fleurs...

"ce fabriquer un pistolet a sablé" Ouch. Sa pike les yeux. Et je ne sais pas comment on fait. je suis bien plus douée pour les "défabriquer"!

"commentire cuire poisson surgelé" Commentire te dire... Comme le frais mais en le décongelant avant?

"fruits au point mousse" Ah non, moi j'ai fait un coeur au point mousse!

"geekette latine" Euh...

"image femme qui pleure et bebe" Tu serais pas un tout petit peu sadique toi?!

" je garde de ma petite enfanc e le souvenir" Moi aussi.

"les peripeties du poil de la bete" Ça c'est du lourd hein! Parce que le poil de la bête c'est sûr que c'est plein de péripéties, qu'on se le dise!

"pistolet âme" Le miens n'en avait pas. En tous cas il ne hante pas la maison, et entre nous je ne suis pas bien sûre qu'un mélange de métal et de plastique puisse avoir une âme...

"teste erotique sur auto ecole" Qui l'eût cru... Crois moi, l'auto-école, ça n'a rien d'excitant!

16:54 Publié dans Gogoleries | Lien permanent | Commentaires (0)

11/01/2012

Je suis une mamie...

Les faits sont là: j'aime jouer aux mots fléchés, au Scrabble; j'aime regarder Question pour un champion et les documentaires animaliers, j'aime les bons petits plats mijotés et les remèdes de grand-mère en tous genres... Je suis une mamie.

Pour ma "mamiser" encore plus, la semaine dernière, j'ai appris à tricoter.

Ça m'a prise comme ça. Une envie irrépressible de savoir tricoter... Apprentissage entamé je ne sais combien de fois mais qui ne m'avait jusque là pas amenée plus loin que le point de mousse... je savais que quelque part chez moi traînaient des aiguilles et une pelote de laine rouge. je ne savais plus monter les mailles, mais qu'importe! Après des heures de farfouillage dans toute la maison, j'ai remis la main sur ces fichus aiguilles et cette pelotte de laine... Ainsi armée et aidée des tutoriels du net, j'ai commencé. tout doucement. Monter les mailles. OK. Faires quelques rangs en point de mousse. Fastoche. Je m'essaye au point de jersey. Pas bien compliqué non plus. je passe au point de côtes, puis au point de riz, je m'amuse à faire des petits carrés en changeant de points, puis toujours avide d'essais tricotesques, je m'attaque aux augmentations et aux diminutions...

C'est chouette le tricot. J'aime bien le cliquetis des aiguilles, et cette espèce de concentration relaxante qui n'a rien à voir avec la concentration du travail, ou de la lecture par exemple... je tricote jusqu'à avoir mal aux doigts, en repensant aux conseils bien avisés d'une vraie petite mamie qui a plusieurs fois tenté de m'apprendre... Pas trop vite, pas trop serré, pas deux mailles en même temps, ne pas laisser le fil se diviser...

A la fin de l'après-midi (oui, tout cela n'a duré que quelques heures...), je me retrouve avec un grand morceau de laine tricotée dans tous les sens, sans queue ni tête... Alors je mets en quête de mon premier modèle, pour pouvoir apprendre un peu plus et faire quelque chose de concret.

DSC01941.JPG

Après quelques heures de recherches et la découverte du site Ravelry, je me lance dans un petit coeur rembourré. Bon, je dois m'y reprendre à plusieurs fois, j'oublie quelques rangs sur le deuxième coeur, mai je suis plutôt contente de moi. Manquant de matériel pour terminer ma première réalisation, je décide de m'attaquer à autre chose.

DSC01950.JPG

Une écharpe tiens. Ça doit être facile une écharpe. Encore une fois, je cherche le modèle parfait. Un modèle débutant, mais qui ne soit pas juste en point mousse... Je finis par trouver. Un peu trop ambitieuse, je double le nombre de mailles à monter au début. J'aime bien les grosses écharpes. Mais mon écharpe ne ressemble à rien après quelques vingtaines de rangs... Je détricote tout. Je suis passée maîtresse dans l'art du détricotage... je me dis que j'ai mis la barre un peu haute, et qu'il me faut quelque chose de plus facile. Je m'attaque donc à un marque page. Déjà, ils sont fous ces Américains. J'ai arrêté le marque page avant ce que préconisait le modèle, et je ne suis pas sûre de pouvoir le faire entrer dans un livre taille réelle... Et puis, je ne sais pas comment je me débrouille, quoi que j'entreprenne contenant diminutions et augmentations, je me retrouve toujours avec un nombre de mailles incohérent à la fin du rang, du coup ça ne colle plus au modèle, et mon marque-page est tordu.

Qu'à cela ne tienne, je vais en faire un autre! je commence un modèle un peu plus compliqué... Celui là n'est pas juste écrit, il faut aussi suivre un schéma hyper compliqué, avec des ronds, des traits, des cases en tous genres... Après quelques heures de travail, ça ne ressemble strictementà rien (si ce n'est à du grand n'importe quoi!), et je décide qu'une fois encore, il vaut mieux tout détricoter.

Je reprends le modèle de l'écharpe précédemment essayé. cette fois je mets le bon nombre de mailles sur mon aiguille, et je démarre. Ah! Enfin un tricot qui ressemble à quelque chose! Toute fière de voir les rangs réguliers défiler, je ne peux plus m'arrêter... Vivement le bout de la pelote (finalement nommée pelote "d'entrainement"), que je voie mon écharpe!

10/01/2012

Comment remplir une déchiqueteuse...

Le jour tant attendu arriva donc un mardi... Pas le dernier jour de boulot non, mais le dernier jour au boulot, après avoir été enchainée à un casque, après avoir gardé les yeux rivés sur des files d'appels qui défilaient sur un écran, après avoir passé quelques milliers d'heures sur des présentation power point, ça sonnait déjà comme une délivrance...
Je préparai un document de "handover" pour mon successeur non encore identifié, je conclus mon dernier management meeting par l'annonce tant attendue: "Mes chers compatriotes, ceci était mon dernier meeting avec vous... Pour le moment!"
Je vidai mon casier où je découvris moult trésors enfouis, presque oubliés... Le petit cochon rose que Hana m'avait donné, le martisor amené par Cristina, le trèfle en papier de St Patrick distribué à toute l'équipe par Oana... Mais aussi les vestiges d'une époque révolue: cahiers remplis de notes de mes propres appels, fichiers de distribution des tâches d'agents partis depuis longtemps, d'une époque où misterdoudou ne s'appelait encore qu'Oussama et où malgré quelques accrochages, l'équipe roulait comme sur des roulettes et enchaînait les bons résultats... Parmi tout cela, des couverts en tous genre, et même des assiettes en carton, vestiges de mes premiers mois de team leader, ma boite à sucre, qui ne me servait jamais mais si populaire parmi "mes" agents, les résultats de mon premier "champion of the month" avec la photo de la gagnante partie depuis longtemps... Une fois tout cela vidé et trié, je me dirigeai vers la déchiqueteuse et la nourris jusqu'à ce qu'elle n'en puisse plus, d'années d'appels téléphoniques, les miens mais aussi ceux des autres, de documents ramassés ça et là sur les bureaux de mes agents pour des raisons de compliance, et jamais réclamés par les intéressés... Puis je rendis la clef de mon casier à la gardienne des clefs, qui en retour me signa la fameuse "exit list": le saint Graal de tout employé s'en allant vers de nouvelles aventures.
La chasse aux signatures avait officiellement commencé. j'enchainai les visites aux diverses HR pour obtenir leurs autorisation de m'en aller, je signai aussi bon nombre de documents, que j'avais déjà signé il y a des jours, des mois, des années, qui confirmaient que je rendais bien ce que l'on m'avait prêté...
Et une fois le maximum fait, alors qu'il ne me manquait plus que trois signatures sur la liste en question, je pus rentrer chez moi, tenant fermement la liste salvatrice, tout en savourant intérieurement, ce petit goût de liberté...

 

*Woaow trop classe le passé simple hein? Ca rend tout ça bien émouvant comme il faut, on dirait que je m'en vais pour de vrai pour de bon alors qu'en vrai je bosse encore trois jours... Et que je reviendrai!*

05/01/2012

Youppi!

Cher lecteur, comme tu le sais, mon blog de cuisine ne fonctionnait plus depuis un bout de temps déjà... j'avais écrit sans recevoir de réponse au service d'aide hautetfort, puisque c'était une redirection automatique de ma page vers une autre qui posait problème.

Finalement, comme j'aimais bien partager mes recettes, j'ai fini par prendre les choses en main aujourd'hui et à découvrir le problème... N'oublie pas que j'étais une super helpdeskeuse il n'y a pas si longtemps! ca venait tout simplement d'un widget défectueux... je les ai tous enlevés, et tout est redevenu comme avant... Ou presque!

Je suis une vraie gekette moi!

Ce rêve bleu...

Et non. Chez moi les rêves ne sont pas toujours bleus. J'ai même un don tout particulier pour les rêves bizarres...

Parfois très perturbants même.

Comme cette fois, quand j'avais 16 ans, où j'ai rêvé que je mourrais subitement dans les escaliers du lycée. Je me suis effondrée style crise cardiaque, ma copine rousse a rigolé. Et puis plus rien. Le vide total cette nuit là. Au matin en me réveillant ma première pensée a été "Purée je suis un fantôme!" J'étais persuadée d'être morte. Il m'a fallu toute une journée pour m'en remettre... (Il faut dire que quand les gens te demandent à longueur de journée si tout va bien parce que tu es "toute blanche" ça n'aide pas à te défantômiser...)

Parfois, ininterprétables.

Comme cette fois où j'ai rêvé que le prince charmant de Cendrillon (ou était-ce la Belle aux bois dormant?) tombait amoureux de ma soeur, et se transformait en oiseaux bleu, qui mangeait des graines en picorant comme un moineau et en répétant que c'était délicieux... Tout à coup il est mort: les graines étaient empoisonnées...

Parfois effrayants.

Comme cette nuit maudite où j'ai fait à quelques heures d'intervalles, le même rêve se passant à deux époques différentes, où un tueur assassinait toutes les femmes qui étaient là où j'habitais... (je simplifie hein, en vrai c'était assez complexe) Rêve tellement intense que j'étais persuadée d'avoir entendu la voix du tueur en question me dire que j'étais la prochaine... je crois que c'est cette nuit là que pour la première fois, je n'étais pas moi-même dans mes rêves effrayants. J'étais bien là, c'était bien moi, mais ce n'était pas mon corps. Quelques semaines plus tard, en apprenant l'histoire de la maison dans laquelle je me trouvais, certaines similitudes frappantes avec mon rêve ont achevé de me traumatiser. Il fallait que je quitte cet endroit. Dingue ce que les rêves peuvent faire!

Parfois symboliques... Mais de quoi?

Par exemple, je rêve très souvent que je suis sur un bateau ou dans la mer, ou encore que je peux vivre sous l'eau (il y a quelques semaines je me suis fait plein de potes baleines et dauphins comme ça... on a même défait un requin qui voulait nous manger!) Cette nuit rebelote: toute ma boite a embarqué sur un bateau... Et j'ai enfermé par inadvertance (mais j'étais bien contente!) deux pestes de mon anciennes équipe détestée dans une salle de rangement qu'on ne peut ouvrir que de l'extérieur ou avec un pass spécial (qu'elles n'avaient pas bien entendu!) Je n'ai jamais compris cette récurrence de l'eau dans mes rêves. Pourtant j'arrive bien souvent à "comprendre" mes rêves... Mais cet élément m'échappe totalement.

Parfois en réel rapport avec des évènements à venir.

Je ne te raconte pas le nombre de fois que j'ai rêvé d'une catastrophe à mon mariage, que je me perdais dans les couloirs de la fac, que "mes agents" faisaient toutes sortes de bêtises, ou encore que j'accouchais dans le dojo de mon ancien lycée...

Ce qui est sûr c'est que mes rêves sont rarement "beaux". Je ne suis pas facilement stressée dans la vie de tous les jours, et pourtant tellement d'angoisses marquent mes rêves... Je ne me rappelle pas d'un seul rêve où je n'ai pas (ou un proche) été en danger... Même dans les rêves érotiques (non ceux là je t'en parlerai pas. Na!), c'est dire! En général je finis toujours par être poursuivie par les méchants, ou pire, par être attrapée... ou par être victime de complots ou de coups montés etc... Régulièrement même, je me réveille la nuit. Tout ça pour que mon inconscient s'exprime en paix. Je suis fatiguée le matin quand je me réveille, je me rappelle presque systématiquement de mes rêves, et une chose est sûre: tisanes, fleur d'oranger, pomme, laitage et tous les trucs de grand-mère ne peuvent rien contre mon inconscient: je dors mal, et ça a l'air d'être une condamnation à vie...

04/01/2012

Flash info prix de Lausanne

Travailler sur un évènement pareil, c'est juste woaow!

Le Prix de Lausanne cherche des traducteurs bénévoles anglais/portugais et anglais/espagnol pour la semaine du Prix 2012 (du 29 janvier au 5 février).

Voici la page de contact du Prix: http://www.prixdelausanne.org/v4/index.php/contact.html

Et leur page FB: https://www.facebook.com/PrixdeLausanne?sk=info

Calendrier 2011

Non non, je ne suis pas en retard, j'ai bien conscience que ça y'est, on est en 2012! Mais j'ai trouvé sur ce blog, une idée fort sympatique: un petit bilan de l'année écoulée mois par mois... Alors c'est parti!

- Janvier: dernier mois à supporter ma meilleure ennemie: une de mes équipes... Et dernier mois à passer avec une autre que je quitterai avec un pincement au coeur. Bref, des sentiments mitigés de future ex-team leader qui s'en va découvrir de nouvelles aventures...

- Février: ça y'est, je suis officiellement Client Support Manager. Ca en jette, et on m'a promis de belles choses lors de l'entretien... Je crois dur comme fer à un renouveau dansma carrière, un regain de motivation!

- Mars: bien décidée à en finir avec les kilos accumulés depuis mon arrivée en Tchéquie, je me lance dans le régime Dukan... Je perdrai 11 Kg en 3 mois avant d'arrêter.

- Avril: désillusion, mon nouveau travail n'est pas du tout ce à quoi je m'attendais, et je me sens plus dans la peau de la secrétaire de tous les managers que dans la peau d'un service manager... Je m'en éloigne petit à petit, prends du recul et me concentre sur mes autres priorités...

- Mai: à fond dans les révisions, la date fatidique de mes derniers examens de licence approche... Je me bats sur plusieurs fronts, contre Moby Dick, Dracula et Henry VIII... Et tant d'autres encore! Mai c'est aussi l'anniversaire de Misterdoudou et la belle découverte pour l'occasion, de Lednice, un peu au sud, juste magnifique...

- Juin: les examens, la France, la famille, les amis... 2 semaines de rires et de stress intenses... une bouffée d'oxygène à se retrouver dans un pays dont je comprends la langue et au moins certaines couumes (j'ai toujours du mal avec celle qui veut qu'on tire la tronche dans le metro, mais ça viendra, un jour je serai peut-être aigrie moi aussi...)

- Juillet: le mois le plus important et le meilleur... Notre lune de miel à Prague le week end du 3 pour fêter nos noces de coton... Les résultats des examens le 7: admise... Je suis une jeune diplomée! Le 8 j'apprends que je suis enceinte... Le 22 départ pour la Croatie où on fête mon anniversaire le soir... Entre temps je me suis aussi inscroite à l'auto-école, et j'ai pris mon premier cours de conduite...

- Août: mois tranquille à profiter des belles journées, mois des ballades autour de Brno et soirées entre amis ou à jouer aux Sims... Des vacances hors des vacances!

- Septembre: changement de fac! Je m'inscris à Nancy et découvre que l'université peut être bien organisée... Même pour les étudiants à distance! Reprise de la danse orientale et tentative de danse classique avortée après deux cours...

- Octobre: la course au transat; premier "gros" achat pour l'arrivée de Misterbébé...

- Novembre: vacances en Tunisie... Quelques changements post-révolution, l'Aïd, la douceur de la météo, la famille... Puis première vague de devoirs... Je m'en sors avec des 9 un peu partout et je me dis que c'es jouable à la prochaine session...

- Décembre: Noël. Retour en famille, avec Misterdoudou cette fois. Les grand-parents pas vus depuis un an et demi, le foyer chaleureux où on joue tous ensemble, les mets délicieux préparés pour l'occasion, la bonne odeur du sapin, et les cadeaux inattendus... La fatigue du voyage en valait la peine! Autre évènement important: l'achat de la chambre de Misterbébé.

 

Maintenant c'est parti pour 2012, qui nous apportera j'en suis sûre, sa vague de belles aventures...

03/01/2012

La race humaine est une miraculée...

Sérieusement, c'est dingue qu'on soit arrivé jusqu'au 21ième siècle...

Enfin jusqu'au 20ième.

parce qu'avant, normalement, on était voués à disparaître. Ben oui quoi! Imaginez un peu! Avant le 20ième siècle, les humains ont certes réussi à se reproduire (bizarrement on ne propose jamais de cours pour apprendre à faire un bébé, parait que c'est l'instinct de survie, mais si tu n'en prends pas pour mettre ton enfant au monde, tu es une inconsciente, faut pas déconner quand même!), mais la plupart  des enfants et des femmes en mouraient certainement.

Oui, aujourd'hui on sait bien qu'il est IM-PO-SSIBLE d'accoucher sans péridurale, perf d'ocitocyne et épisiotomie. Voire même césarienne "de convenance"; le vagin c'est sale et ça fait mal... C'est quand même dingue que quelques milliards de bébés ET de femmes (non mais où va-t-on!) y aient survécu pendant quelques milliers d'années... Parfois même plusieurs fois! (Là je parle des femmes, pas des bébés, enfin c'est logique quoi!) De vraies forces de la nature... Nous on doit sûrement être des êtres surhumains à force de descendre de tels miracles!

Et puis c'est pas tout de naître... Encore faut-il survivre! Et figurez vous (et c'est absolument inouï!) que certaines femmes, dans un passé lointain ont réussi à nourrir leurs rejetons avec leurs propres mamelles... Pouah! En plus d'être dégoûtant et incestueux, c'est tout de même hyper inconscient de leur part... C'est à se demander pourquoi le biberon n'a pas été inventé plus tôt... La plupart des bébés avant l'invention de cette petite bouteille coiffée d'une tétine devait sûrement mourir de faim. Ben oui attends, c'est vachement rare les femmes qui peuvent allaiter.

allaitement.jpg

Déjà la grande maorité des femmes n'a pas assez de lait c'est bien connu. Puis après tout pourquoi est-ce que la nature aurait décidé de leur en faire produire assez pour permettre à leur enfant de survivre? réfléchissez c'est juste insensé! Et puis il faut veiller aussi à ne pas avoir les seins trop petits. Ni trop gros. Ni trop différents l'un de l'autre (c'est forcément louche ça...) Puis il faut qu'ils aient une forme bien précise, et surtout, SURTOUT pas les mamelons rentrés... Sinon c'est la mort assurée.

Et puis il y a la qualité et la quantité de lait... Je l'ai déjà évoqué; du lait qui sort d'une femme c'est DE-GOU-TANT (mais le sperme qui sort d'un homme c'est pour la survie de l'espèce, c'est génial, confond pas tout hein!) En plus on ne peut pas coller facilement d'étiquette nutritionnel sur les seins d'une femme. Ben oui, déjà elles veulent pas les bougresses. Et puis il faudrait refaire les analyses trop souvent parce que parait-il, le lait maternel change selon ce que l'on mange, et même s'adapte aux besoins du bébé, au sein même d'une même tétée! Moi je te le dis, le lait maternel, c'est un rebèle. D'ailleurs, il y a des bébés qui osent téter plusieurs fois par jour, c'est bien la preuve que ce lait est de mauvaise qualité, et pas assez nourrissant... Voire même insuffisant en quantité! Mais bon tant qu'on ne se laissera pas contrôler... Honnêtement, c'est bien jouer avec la vie que d'oser donner ce lait impure, non stérilisé (ben oui y a même des femmes qui osent ne pas se laver les seins avant de les offrir à leur rejeton! Si ce n'est pas une tentative d'empoisonnement ça...)

Le lait en poudre, c'est bien mieux. c'est dingue qu'on ait survécus jusqu'à son apparition... Au moins on gère la quantité: un biberon d'un volume défini par rapport à l'âge du bambin, et c'est pas plus, pas moins. Si il n'en veut plus, tu le forces, si il en réclame encore, tu le laisses pleurer de faim pendant quatre heures, jusqu'à l'heure du prochain biberon. Non parce qu'il faudrait pas en plus se laisser manipuler et écouter un bébé qui pleure hein. C'est bien connu, un bébé de deux semaines c'est hyper capricieux, et si il réclame plus à boire, ce n'est qu'un glouton, attention à ne pas lui donner de mauvaises habitudes! Et puis le lait en poudre, c'est trop génial: pas besoin de faire attention à ce que mange la mère, et le lait a toujours le même goût. Non parce qu'il faudrait lui faire savoir que les goûts peuvent varier au bambin, il risquerait de devenir insupportable... Il s'en rendra compte bien assez tôt: à 4 mois quand on le gavera de petits pots industriels bien mixés. Tout le monde le sait la diversification à partir de 6 mois comme le préconise l'OMS, c'est une hérésie... Il faudrait d'ailleurs penser à dissoudre cette secte d'une dangerosité sans nom! Et puis le lait en poudre et le biberon, tu peux les emmener partout avec toi, c'est hyper pratique. parce que soyons clairs, en générale, tes seins tu les laisses à la maison quand tu t'absentes.

Moi je m'interroge sérieusement chers lecteurs. Comment se fait-il que sachant les risques énormes que comporte l'allaitement maternel, certaines femmes osent prêcher un "retour à la nature" et allaiter leur enfant, quand on sait que les chances qu'elles y arrivent sont infimes? Il faudrait penser à mater la rébellion, on n'est pas des animaux quand même, fuck la nature!

Et quand leur bébé survit (miraculeusement) jusqu'à l'âge de la marche, il y en a même qui pensent que leur mettre des chaussures qui leur maintiennent les chevilles les gène, et elles les laissent marcher pieds-nus. Oui pieds-nus, tu as bien lu! Mais comment va-t-il pouvoir marcher sans quelque chose pour lui soutenir les pieds? Non parce que le pied seul, tout le monde sait que ça ne marche pas. C'est juste impossible de marcher sur des pieds!

Sérieusement, je me demande comment c'est possible que la race humaine ait survécu jusqu'ici, sachant les risques inconsidérés que les parents ont pris jusqu'à ce qu'on leur prouve SCIEN-TI-FI-QUEMENT que le plastique, le scalpel et les inventions en tout genre, c'est bien mieux pour la survie de l'espèce! Heureusement que c'est arrivé à temps pour limiter les dégpats: ça n'a duré que quelques millénaires!