Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/12/2011

Les livres du mois de novembre.

Voilà, c'est comme ça, ma décision est prise: le premier vendredi du mois, ce sera une note consacrée aux livres que j'aurais lus le mois précédent. Parfaitement. Parce que ça entretiendra mon rythme de lecture (en chite libre ces dernières années), et la vie sur ce blog... Et puis comme vous m'aimez, vous aimez aussi savoir ce que j'ai aimé.

En novembre cette année, 2 livres. Pas de grande littérature, mais des livres récents, quand même bien écrits, et dans lesquels je me suis plongée très facilement. Un bon début pour une reprise d'activité lectoresque, après avoir passé les quatre dernières années à ne lire quasiment que les ouvrages obligatoires pour les examens.

Tout d'abord, pendant les vacances bien méritées, j'ai attaqué "Les enfants de Ji, le testament oublié" de Pierre Grimbert.

9782290344712_1_75.jpg

Je n'ai pas l'habitude de lire de la "heroic fantasy". Mais celui là, je l'attendais depuis longtemps, car il est le premier volume de la suite de son début: "Le secret de Ji", que j'avais dévoré juste avant le début de mon périple tchèque.Inutile de vous dire qu'il faut commencer par le début pour vraiment comprendre l'histoire. Mais au fait, quelle est-elle cette histoire? Pour faire court, au début de l'aventure, une groupe de personnes, n'ayant apparemment pas grand chose pour devenir aventuriers, se forme pour lutter contre les forces du mal. Bien sûr à la fin du premier volet de l'aventure, ils gagnent leur bataille... Mais on découvre dans "Les enfants de Ji", que leurs descendants sont en danger à cause de la première aventure. Les parents des plus jeunes disparaissent mystérieusement, et ces derniers partent à leur recherche, et découvrent peu à peu le secret de leurs ancètres. Pendant leur périple, les jeunes doivent essuyer de nombreuses attaques et leurs questions restent sans réponse... Qui a enlevé leurs parents? Pourquoi? Pourquoi leur en veut-on aussi?

Pas facile de raconter de quoi éveiller votre curiosité sans trop en dévoiler... Bien sûr le livre se finit dans un suspense encore total, donc j'ai hâte de commander les 4 prochains volets pour connaître le fin mot de l'histoire!

 

Ensuite j'ai dévoré "Je veux vivre", de Jenny Downham. D'abord, autant vous le dire tout de suite: j'ai acheté ce livre sans même regarder le nom de l'auteur, et sans me rendre compte avant de le lire que c'était un livre anglophone, tant je deséspérais de remplmer ma bibliothèque francophone. Du coup j'en ai lu une traduction de Aleth Paluel-Marmont. En plus le livre éstampillé best-seller, direct, ça me donne pas envie normalement, j'ai eu assez de déceptions avec les best-sellers... Mais le titre m'a attirée. Ensuite, je l'ai lu en entier, tout d'une traite avant de me rendre compte que c'était un Pocket Jeunesse... Du coup nous avons deux possibilités: ou bien je suis restée trop jeune dans ma tête, ou bien, ce livre a été mal évalué à l'édition. Qu'importe, puisque j'ai aimé, je vous en parle.

9782266217149.jpg


Voilà, le résumé, vous le voyez en gros sur la couverture... C'est donc l'histoire de Tessa, une jeune anglaise mourante, qui dresse une liste de tout ce qu'elle aimerait faire avant de mourir. Aidée par sa meilleure amie et sa famille, elle se lance dans l'aventure... Parfois avec succès, parois rattrapée par la maladie. On se prend à espérer pour elle et avec elle, je suis vraiment entrée dans ce livre comme si je faisais partie des personnages... L'écriture est simple et efficace, et les dernières pages... Destabilisantes. Un livre à dévorer quand on a besoin de relativiser les petites misères de la vie... ou quand on cherche un bon bouquin à se mettre sous la dent, tout simplement!

(En cherchant une image de la couverture je suis tombée sur cet autre avis de lectrice: http://www.unpeudelecture.com/article-36965590.html)

 

Lire ces deux ouvrages m'a rappelé quelque chose que j'avais fini par oublier tant j'ai ingurgité de lectures imposées sans prendre le temps de chercher un "livre plaisir" ces dernières années: j'adore lire. Plus que regarder un film je crois. Quand on lit on s'investit, on crée un part de l'histoire en imaginant les personnages, on se plonge dans un monde qui n'est pas le notre mais qui nous correspond forcément grâce à l'effort qu'on est obligés de fournir, et qui nous invite à en faire partie...