Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/07/2012

Petits cadeaux entre amis...

L'autre jour, nous étions invités chez nos voisins pour le thé... Et comme à chaque fois que nous sommes invités, surtout quand c'est la première fois, nous nous demandons quoi emmener avec nous pour nos hôtes.

Chez nous, si on reçoit souvent avec un bon gâteau fait maison, on n'amène pas de fait maison chez les autres en guise de cadeau. On achète donc toujours quelque chose à offrir à nos hôtes.

Quand on connait déjà bien les gens, c'est assez facile de faire bonne pioche, mais quand on est reçus pour la première fois... C'est une autre paire de manches!

On ajoute à la difficulté en se demandant toujours, si ce qu'on a finalement choisi est culturellement compatible.

Du coup, on tourne souvent sur des choses "universelles", qui plaisent à tous: belle bouteille de vin, chocolats... Personnellement j'aime assez offrir un bouquet de fleurs, car j'aime aussi en recevoir (bien plus que du vin!).

Quand l'hotesse, c'est moi, j'ouvre toujours ce qu'on m'a apporté. Je ne me rappelle pas avoir déjà oublié. Mais j'ai constaté que ce n'était que rarement le cas quand nous amenions quelque chose. 'avoue que ça m'a parfois un peu vexée, mais j'ai mis ça sur le compte de la culture...

Et toi lecteur? Tu amènes quoi chez les gens? Tu aimes recevoir quoi? (Comment ça je grappille des idées pour la prochaine fois???)

17/02/2012

Valeurs? Savoir-vivre?

Je ne sais pas.

L'autre jour, je monte dans le tram. A 14h32 parce qu'à cette heure-ci, normalement, les trams sont vides.

Là non: il était plein à craquer.

Plein de petits jeunes assis sur les places prioritaires. Et un vieux. face à un jeune, dans les seules places face à face du tram.

Moi je monte donc avec mon ventre de huits mois. personne ne se lève. Boaf, je m'y attendais (je t'ai dit que quand t'es enceinte, personne se lève dans les transports?), j'attrape la barre à côté du vieux. Il me voit. Il se lève.

Pas un jeune non. Le vieux se lève, malgré mes protestations que ça va aller qu'il reste assis. Il se lève et part attraper la barre de l'autre côté.

Le jeune en face de lui le regarde, me regarde, et ne bouge pas. C'est un jeune de l'autre côté qui, voyant le vieux se lever lui a laissé sa place.

2 arrêts plus tard, le jeune qui ne s'est pas bougé les fesses descend... est-il besoin de préciser qu'il ne boitait pas et n'avait pas l'ombre d'un problème en vue?

Ce genre de comportement, j'avoue ne pas les comprendre...

31/01/2012

Pourquoi ça craint de prendre un cours de conduite à 11h30 un mardi...

Les autres jours, j'ai pu demander le cours de 10h. mais aujourd'hui, seul le créneau de 11h30 était disponible. Bien motivée, j'ai donc pris ce qui était disponible.

Sauf que pour moi, 11h30 c'est l'heure de me réveiller, manger, me doucher, quand je ne suis pas occupée à des activités passionnantes telles que la création d'une fan page pour ce blog, ou mon blog de cuisine qui bat actuellement des records d'audience...

Et puis un cours de conduite à 11h30 un mardi quand il fait -11° à 11h et que tu es bien plus motivée pour un programme couette+chocolat chaud que pour mettre le nez dehors, ça craint.

Bref, 11h30, c'est l'heure de tout, sauf de conduire (mal en plus).

Du coup j'ai anticipé. A 9h30 j'ai commencé à faire cuire mon blé pour le repas. Oui, le blé entier ça cuit longtemps.

A 10h40 je l'ai mis au four avec les autres ingrédients de mon gratin de blé et j'ai filé sous la douche.

A 10h55, le gratin n'étant toujours pas prêt, j'ai décidé de me laisser sécher quelques instants, confortablement affalée assise dans le canapé. Oui, parce qu'après une douche, figure toi lecteur qu'il fait bon se laisser sécher dans un canapé. le principe est simple: tu t'essuies bien dans ta serviette, tu t'enveloppes dans ton peignoir, et tu vas t'onstaller confortablement en attendant que toutes les gouttes d'eau de la douche quittent ton corps, y compris tes cheveux. La durée de l'opération varie en fonction de divers facteurs: la température, le taux d'enveloppement du peignoir, etc...

Au bout de 10 minutes de séchage intensif, j'ai pu me servir une belle part de gratin de blé. Là, tu constateras que quelque chose cloche déjà. Ben oui, le gratin a mis plus longtemps que prévu à cuire, puisqu'il faut 30 minutes pour manger en moyenne, et que là il ne m'en restait déjà plus que 25...

Mais conduire l'estomac vide, c'est mal. Donc je me sers une part. Et je commence à manger, vitesse maximale. Arrivée au milieu de mon assiette, je me rends compte que j'ai battu des records: il est 11h18.

Je suis encore en peignoir en train de sécher.

Il me reste une demie assiette de blé à manger.

Mes cheveux sont encore bien trempés, et surtout pas démélés.

J'ai oublié où j'ai rangé mes chaussettes propres dans la nouvelle armoire.

Je n'ai pas encore badigeonnémon ventre d'huile d'amande, ni mon visage d'eau de rose.

Bref, je ne suis pas prête.

Je te l'avais dit moi que ça craint le cours de conduite à 11h30. Heureusement: je sais comment je vais m'habiller!

Je commence par finir mon assiette.

Puis je file m'habiller le plus vite possible, en faisant l'impasse sur l'uile d'amande et l'eau de rose, après tout je pourrai le faire en rentrant...

Heureusement j'ai réussi à mettre la main assez rapidement sur une paire de chaussettes...

Heureusement le shampooing n'avait pas totalement réussi à bouter l'huile d'argan du soir hors de mes cheveux, ce qui a considérablement facilité leur démélage...

Heureusement, je savais ce que j'allais mettre et n'ai pas eu besoin de fouiller dans toute ma garde-robe (comment ça je l'ai déjà dit???).

Une fois que tout fut fait, il ne me restait plus qu'à mettre mes chaussures, mon manteau, mon écharpe, ma chapka... 

Mais comme je te l'ai dit, un cours de conduite à 11h30, ben ça craint.

Surtout quand tu es en retard ET enceinte, et qu'il te faut bien 5 minutes pour enfiler tes pompes pour cause de ventre proéminent, mais que tu oublies d'ajuster tes calculs en tenant compte de ce détail à chaque fois que tu dois aller quelque part...

Après un effort démesuré pour enfiler mes bottes en seulement quelques minutes, je me suis donc décidée à regarder l'heure. 11h40. Ça va. Sachant que l'auto-école a systématiquement 15 minutes de retard et que d'habitude je gèle sur place en poireautant en attendant ma petite voiture et son chapeau qui crie "Attention, danger public!", je me dis que pour une fois, ça pourra bien être le prof qui attend quelques minutes hein.

J'enfile donc de quoi affronter le froid, en héistant entre enchaîner sur boire un peu d'eau ou ne pas perdre les 20 secondes supplémentaires que ça me demanderait, quitte à risquer la déshydratation en cours de route... Mais comme je venais déjà de sécher sur le canapé, j'ai jugé bon de remettre un peu d'eau à l'intérieur de mon corps (comme ça pas besoin de resécher!).

Bref. Vers 11h42, j'ai été prête à partir. Le prof était déjà là quand je suis arrivée (une première sur tous mes cours de conduite!)

Toute émotionnée, j'ai oublié de lui demander où était le nouveau bâtiment de l'auto-école, où je suis sensée aller au code demain...

Moi je te le dis lecteur, un cours de conduite à 11h30 un 31 janvier, ça craint. Parole de 7nain!

05/01/2012

Ce rêve bleu...

Et non. Chez moi les rêves ne sont pas toujours bleus. J'ai même un don tout particulier pour les rêves bizarres...

Parfois très perturbants même.

Comme cette fois, quand j'avais 16 ans, où j'ai rêvé que je mourrais subitement dans les escaliers du lycée. Je me suis effondrée style crise cardiaque, ma copine rousse a rigolé. Et puis plus rien. Le vide total cette nuit là. Au matin en me réveillant ma première pensée a été "Purée je suis un fantôme!" J'étais persuadée d'être morte. Il m'a fallu toute une journée pour m'en remettre... (Il faut dire que quand les gens te demandent à longueur de journée si tout va bien parce que tu es "toute blanche" ça n'aide pas à te défantômiser...)

Parfois, ininterprétables.

Comme cette fois où j'ai rêvé que le prince charmant de Cendrillon (ou était-ce la Belle aux bois dormant?) tombait amoureux de ma soeur, et se transformait en oiseaux bleu, qui mangeait des graines en picorant comme un moineau et en répétant que c'était délicieux... Tout à coup il est mort: les graines étaient empoisonnées...

Parfois effrayants.

Comme cette nuit maudite où j'ai fait à quelques heures d'intervalles, le même rêve se passant à deux époques différentes, où un tueur assassinait toutes les femmes qui étaient là où j'habitais... (je simplifie hein, en vrai c'était assez complexe) Rêve tellement intense que j'étais persuadée d'avoir entendu la voix du tueur en question me dire que j'étais la prochaine... je crois que c'est cette nuit là que pour la première fois, je n'étais pas moi-même dans mes rêves effrayants. J'étais bien là, c'était bien moi, mais ce n'était pas mon corps. Quelques semaines plus tard, en apprenant l'histoire de la maison dans laquelle je me trouvais, certaines similitudes frappantes avec mon rêve ont achevé de me traumatiser. Il fallait que je quitte cet endroit. Dingue ce que les rêves peuvent faire!

Parfois symboliques... Mais de quoi?

Par exemple, je rêve très souvent que je suis sur un bateau ou dans la mer, ou encore que je peux vivre sous l'eau (il y a quelques semaines je me suis fait plein de potes baleines et dauphins comme ça... on a même défait un requin qui voulait nous manger!) Cette nuit rebelote: toute ma boite a embarqué sur un bateau... Et j'ai enfermé par inadvertance (mais j'étais bien contente!) deux pestes de mon anciennes équipe détestée dans une salle de rangement qu'on ne peut ouvrir que de l'extérieur ou avec un pass spécial (qu'elles n'avaient pas bien entendu!) Je n'ai jamais compris cette récurrence de l'eau dans mes rêves. Pourtant j'arrive bien souvent à "comprendre" mes rêves... Mais cet élément m'échappe totalement.

Parfois en réel rapport avec des évènements à venir.

Je ne te raconte pas le nombre de fois que j'ai rêvé d'une catastrophe à mon mariage, que je me perdais dans les couloirs de la fac, que "mes agents" faisaient toutes sortes de bêtises, ou encore que j'accouchais dans le dojo de mon ancien lycée...

Ce qui est sûr c'est que mes rêves sont rarement "beaux". Je ne suis pas facilement stressée dans la vie de tous les jours, et pourtant tellement d'angoisses marquent mes rêves... Je ne me rappelle pas d'un seul rêve où je n'ai pas (ou un proche) été en danger... Même dans les rêves érotiques (non ceux là je t'en parlerai pas. Na!), c'est dire! En général je finis toujours par être poursuivie par les méchants, ou pire, par être attrapée... ou par être victime de complots ou de coups montés etc... Régulièrement même, je me réveille la nuit. Tout ça pour que mon inconscient s'exprime en paix. Je suis fatiguée le matin quand je me réveille, je me rappelle presque systématiquement de mes rêves, et une chose est sûre: tisanes, fleur d'oranger, pomme, laitage et tous les trucs de grand-mère ne peuvent rien contre mon inconscient: je dors mal, et ça a l'air d'être une condamnation à vie...

06/12/2011

Sommes nous condamnés?

Ce matin, à la radio, j'ai appris qu'avec un smartphone, on allait pouvoir se déplacer dans les aéroports et centres commerciaux sans risque de se perdre, grâce à la géolocalisation. C'est tellement dur de lire les panneaux et de suivre les flèches... Mieux vaut suivre aveuglément une petit machine!

Les avancées technologiques, c'est cool, ça peut en aider certains, et utilisée à bon escient, la technologie, pourquoi pas?

Mais vers quelle genre d'évolution de l'être humain que même Darwin n'avait pas prévue (la petite ironie là, c'est parce que ce gars là il est bien mignon, mais sa théorie j'adhère pas hein!)?

Quelle place est laissée à la réflexion quand on est encouragés à utiliser, en vrac: des calculatrices pour faire des additions, un GPS pour conduire sans lire les panneaux d'indications (ben oui, ces bêbêtes là donnent même les limitations de vitesse alors à quoi bon regarder les panneaux?), et tant qu'on parle de voitures: la voiture pour des petits trajets, une console de jeu pour faire du sport seul à la maison, et j'en passe?

Honnêtement, voir les jeunes sortir du collège avec leurs smartphones à la main, ça me fait rire (jaune), où en est l'utilité? est-ce qu'il ne leur suffit pas de monter dans le bus et d'arriver chez eux? Ils ne discutent même pas entre eux, tout perdus qu'ils sont dans leurs gadgets...

Le fait est qu'on ne vit plus dans l'ère du partage, mais que tout est individualisé au maximum... Le bus, c'est mal, ça pue et c'est plein de monde: prenons la voiture! Les salles de sport: ça pue et c'est plein de monde (plus bavards que dans le bus en plus!): achetons une wii! Son chemin, il est difficile à trouver, et demander son chemin, c'est out: utilisons la nouvelle application smartphone!

La technologie: c'est bien, un certain confort: c'est bien, et j'ose croire que la majorité de la population n'abuse pas encore des bonnes choses... Mais quand je vois à la télé ou dans la vraie vie, des gens totalement déconnectés de la réalité, qui ne vivent et ne communiquent plus qu'à travers ces "moyens modernes", je me demande si il n'y a pas une déviation quelque part...

28/11/2011

Moi aussi parfois...

... Je lui taperais bien des recherches improbables au gogol...

Par exemple aujourd'hui, aux prises avec un potiron, je lui aurais bien demandé: "Mais comment qu'on fait donc pour éplucher et découper un potiron sans (trop) s'estropier?"

Sans blague, il était tout petit mais bien costaud! Heureusement que je n'ai pas trouvé de citrouille... En général la citrouille, je la fais par petits morceaux. Je ne suis même pas sûre que la citrouille entière entre dans une de mes casseroles (que voulez-vous, on se trouve les excuses qu'on peut).

Du coup pour cette fois, faute de citrouille, j'ai acheté un potiron. Et pas d'excuse, vu sa taille, il me le fallait entier! A chaque fois que je me retrouve face à un de ces spécimens, armée du grand couteau, tellement grand et coupant que je pourrais égorger un boeuf avec, je me pose la même question: qui gagnera la bataille cette fois-ci?

C'est toujours moi qui assène le premier coup. Le potiron riposte et résiste mais je lui fend la poire en deux et je le vide. Je le coupe petit à petit, esquivant ses tentatives de répliques, anticipant ses essais de dérapage contrôlé de couteau sur carapace de potiron qui me feraient au moins perdre un doigt... Et à chaque fois, après une bataille acharnée d'au moins 20 minutes selon la taille du spécimen, j'assène le coup fatal, jette le dernier cube dans la casserole, en referme le couvercle pour éviter toute tentative de fuite, et m'empresse d'enfouir l'armure de mon adversaire dans sa dernière demeure... Je compte mes blessures e guerre et... Rien. Nic. Nada. La victoire est totale, j'ai gagné, j'ai gratiné, j'ai mangé. 7nain: 1, le potiron 0.

 

23/09/2011

La pire seconde de panique de ma vie.

Hier, je me baladais tranquillement sur la blogo, quand j'ai découvert par hasard Colinette. J'ai tout naturellement commencé par le dernier article publié. Amusant. J'aime. Et là, tout à coup, sans crier gare, voilà qu'elle nous sort que quand on a un enfant, il faut l'aider à faire ses maths le soir.

Et je me suis vue, dans quelques années...

- "Mamaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaan Tu peux m'aider à faire mes devoiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiirs?"

- "Oui mon poulet", je répondrai en trottinant gaiement vers le grand dadet boutonneux, qui, studieux, essaye de décrocher son bac avec mention, laissant mes copies à corriger pour le lendemains en désordre sur mon propre bureau, et les deux plus jeunes se disputer au sujet meilleur parfum de glace qui existe au monde en retournant le salon.

Et il me montre son exercice, sur sa tablette hi-tech, dont je ne comprendrait rien du fonctionnement, et là, je la vois. L'équation à 36 inconnue. Des chiffres et des lettres en personne (alors qu'on m'a bien dit pendant ma première année d'école qu'on ne pouvait calculer QUE des nombres et en aucun cas des lettres ou des bananes... Quelle menteuse cette maîtresse!) Le cauchemar de ma vie. Que faire?

Parce que vois tu cher lecteur. Là, d'un coup, j'ai réalisé que tout ce que j'avais rêvé pour ma vie future risquait d'être réduit à néant par une compliquée simple équation. Je ne pourrai jamais être une mère parfaite. Celle qui aide en math au-delà du niveau 6ième...

Parce que vois-tu cher lecteur, moi, à l'école, je n'étais pas mauvaise en maths. Au début du collège non plus d'ailleurs. J'étais même très forte en calcul mental. Maintenant je suis très forte en démarrer, exécuter, calc. Mais la 4ième doit représenter une rupture dans ma vie. Et j'en ai profité pour rompre avec les maths. D'un coup, comme ça, je n'y ai plus rien compris. Que Pythagore se retourne dans sa tombe, moi les histoires de carrés d'hypothénuses, ou autre somme de AB+AC=ABC, n2, fx ou autres codes secrets, je les laisse à Thalès, ou à qui en voudra bien! Et même quand je comprenais les règles et que je les appliquais à la lettre, je ne tombais jamais sur le même résultat que la prof. C'est rageant à la fin. Et elle osait me dire que c'était moi qui me trompais Mais qui me prouve que ce n'était pas elle?

Du coup voilà. Je me suis vue, l'espace d'un instant, incapable d'aider mon rejeton en crise dans son exercice de maths de terminale S. Mère indigne qui ferait mieux de retourner à ses copies d'anglais, ou séparer les deux derniers sur le point de s'étriper.

Et tout d'un coup, comme ça, sans crier gare j'ai eu une illumination. Bon mon poulet, papa est un fou furieux du boulot et il risque de rentrer vers minuit, mais exeptionnellement tu peux l'attendre pour t'aider avec ton exercice de maths. Misterdoudou lui, une équation à 36 inconnue, c'est le rêve de sa vie. (Après moi, le dadet et les deux plus jeunes belliqueux, faut pas exagérer non plus!) Ça l'éclatera comme un fou! Et alors là, ce fut le soulagement. la fin de cette seconde de panique interminable: Misterdoudou et moi pouvons être complémentaires sur l'aide aux devoirs... Si ce n'est pas une belle projection du future ça!

Moi les maths, du coup j'ai laissé tomber. Je suis partie en filière littéraire. J'ai choisi italien en option au lucée, en plus de l'anglais et de l'allemand. Quand j'ai tenté la fac "en vrai", j'ai pris russe en option... En première année de LLCE j'ai repris allemand, puis en deuxième année italien, pour finir par prendre espagnol en troisième année, juste parce que je suis une kamikaze... Entre temps je m'étais entichée d'un livre de chinois, et j'ai été plus ou moins contrainte d'apprendre le tchèque, et la vie m'a amenée à baragouiner trois mots d'arabe tunisien...

Bref, si un joyeux rejeton me demande un jour de l'aider dans n'importe quelle langue habituellement proposée dans les établissements scolaires, je pourrai faire quelque chose. Sauf pour l'arabe, je laisse ça à son papa. Quand même. Faut pas charrier.

L'été s'en est allé...

Et oui, aujourd'hui, c'est l'automne! D'ailleurs le temps nous le fait bien savoir, les arbres se dénudent, la pluie tombe régulièrement, nous avons ressorti les vestes...

Bref, ça ne fait plus aucun doute, l'été est fini!

Avec les vestes, j'ai ressorti le combo socquettes + chaussures... Quelle étrangeté d'avoir tout ça dans les pieds après près de 4 mois passés presque exclusivement en ballerines légères et respirantes! Je me suis sentie enfermée toute la journée. En plus j'avais presque un pull. Je l'ai laissé sur mon bureau, pas envie de me dépétrer dans encore plus de vêtements.

Quel confort en été de ne porter que de petites affaires léfgères... Une robe, des ballerines et le tour est joué! J'ai toujours du mal à l'arrivée des mauvais jour, à remettre toutes les couches de vêtements nécessaires à la survie de l'espèce humaine en hiver.

Sérieusement, qui aime s'empêtrer dans des chaussettes, elles-mêmes enfermées dans des chaussures, dissimulées sous un pantalon, maintenu avec une ceinture, laquelle disparaît sous un T-shirt, qu'on ne voit d'ailleurs pas puisqu'il est sous en pull, qu'on recouvre encore d'une veste... Ajoutez à cela que pour sortir on s'engoncera bientôt dans un double combo écharpe + bonnet + gants... Et ma liberté de mouvement alors???

22/09/2011

Réflexion sur la peine de mort...

Non, je ne reviendrai pas sur l'exécution de Troy Davis; je ne connais rien de cette affaire. Si ce n'est que je ne l'aurais pas exécuté, simplement parce que je suis contre la peine de mort (et même pas honte de le dire, na!).

Je pense sincèrement que certaines personnes méritent de mourir. Mais je pense aussi, que ce n'est ni à moi ni à un quelconque autre être humain d'en décider... Qui suis-je pour m'attribuer un pouvoir de vie ou de mort sur un de mes semblables? Qui peut vraisemblablement recevoir d'un autre être humain, le droit de décider que tel ou tel de ses congénères doit mourir?

Je ne parle même pas du problème judiciaire que pose la peine de mort, c'est un débat sans fin: a-t-on jamais toutes les preuves nécessaires et irréfutables pour décider d'un tel acte... Je ne m'étendrai pas sur ce point. Pour moi le problème morale est suffisant pour dire que c'est inouïe qu'au 21ième siècle,  des pays aient encore recours à ce processus moyen-âgeux...

peine de mort,justice,moyen-Âge

 

Image touvée ici.

19/09/2011

Facebook aura notre peau!

Et oui, si on en croit tous les articles qui fleurissent sur le net quant au manque de responsabilité de facebook, qui se permettrait d'éparpiller notre vie privée dans le monde entier...

Foutaises! Arrêtons d'incriminer Facebook pour les responsabilités que nous ne voulons pas prendre. Chacun est libre de mettre ce qu'il veut sur son profil non? Personne n'a été obligé de se créer un compte, si? Les paramèrtres de confidentialités ne sont pas bien difficiles à comprendre il me semble... Arrêtons la parano Facebook, et si vraiment vous ne pouvez pas, fermez votre compte, ce sera plus simple pour votre santé mentale.

Je fais le test de temps en temps, de taper mon prénom et mon nom dans le gogol. Je le  fais avec mon nom de jeune-fille et avec mon nom d'épouse, et honnêtement, on ne peut visiblement pas connaître toute ma vie en me cherchant dans le gogol. Peut-être grâce à mon homonyme championne de natation, ou l'autre, reine de beauté miss je ne sais plus d'où, mais en tous les cas, je n'apparais pas en première page du gogol, on ne trouve que ma photo de profile dans les images (que j'ai volontairement laissée publique pour que des gens qui me connaissent effectivement puissent me contacter), je n'apparais pas dans 123people, sauf encore une fois ma photo de profile, et j'apparais dans les résultats Copains d'avant avant ceux de Facebook... Et encore une fois qu'on arrive sur mon profile Facebook, on a accés aux livres ou aux films que j'aime... La belle affaire! On ne peut voir ni mon mur, ni mes amis, ni ma date de naissance ou autres... vous en savez bien plus sur moi en lisant ce blog qu'en me recherchant sur le net!

Alors franchement je me pose la question de savoir pourquoi on incrimine tant Facebook? Et je ne peux qu'en arriver à la conclusion que c'est pour se défaire de nos propres responsabilités en tant qu'internaute lambda.

En effet chacun est libre de ce qu'il publie sur le net, et en est responsable. C'est d'ailleurs bien spécifié dans la charte d'utilisation Facebook, mais qui lit les chartes d'utilisation avant de s'inscrire sur un site? Je trouve normal que les parents interdisent Facebook à leurs enfants, ou au moins contrôle ce qui se passe sur leurs comptes. Je trouverais même inconscient de leur part de ne pas le faire, mais c'est justement parce que selon leur âge, les enfants n'ont pas cette notion de responsabilité, et de publique que l'on peut avoir à l'âge adulte. mais entendre des adultes dire que Facebook c'est la fin de la vie privée, ça me dépasse totalement.

Combien de personnes ai-je entendues pleurnicher parce qu'elles avaient trouvé leurs photos en tapant leur nom dans le gogol? Allons, mais qui les a mises sur Internet les photos? Vous pensez sérieusement que Facebook est un virus qui a envoyé un robot les chercher sur votre disque dur? Contrôlez plutôt vos paramètres de sécurité!

Combien d'autres se plaignent des "envois" de Facebook vers les sites qui s'occupent de nous afficher toutes les petites pubs qui vont bien sur notre page? Oh lala! Si vous en êtes là, arrêtez complètement Internet! C'est un procédé qui est déjà bien vieux et qui est utilisé par plus ou moins tous les grands sites! Quel que soit le site sur lequel je vais, les pubs correspondent toujours à mes recherches internet... Et ces infos ne vont pas aux annonceurs que par le biais de Facebook! Le gogol y a aussi recours, et quelque part, ça ne me choque pas... Vous croyez que les sites gratuits sont financés comment?

Bref, arrêtons d'accuser Facebook de tous les maux. Chacun est responsable de ses actes, tout comme de ce qu'il publie sur le net... S'inscrire sur tel ou tel site, écrire ou partager un article... Personne ne vous y oblige (et je vous jure que je n'écris pas non plus tout cela sous la torture!), et si vraiment vous avez des problèmes à maîtriser les paramètres de confidentialité, fermez votre compte, ce sera plus simple.