Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/08/2008

Comment ne pas faire de note un samedi...

Bon, en soit ce n'est pas compliqué de ne pas faire de note un samedi; Ben non, il suffit juste dene pas se metre en face de l'ordi, et surtout de ne pas commencer à écrire... mais là où c'est plus difficile, c'est quand on est grandement décidée à écrire ce samedi précis, et qu'on n'y arrive pas! Non, non, pas de panne d'inspiration... Mais vous avez déjà remarqué à quelle vitesse effroyable s'enfuie le temps?

Enfin bref, petit retour en arrière. Samedi, 7h50. Oui c'est tôt, trop tôt même, mais que voulez-vous je n'arrivais plus à dormir. alors on prend le petit déjeuner et je m'installe tranquillement en face de l'ordinateur, pour une journée de farniente, entrecoupé de quelques siestes. Un bon samedi en perspective quoi.

Mais j'ai à peine terminé de lire tous mes spams que Misterdoudou me lance "Tiens, et si on profitait de s'être levés tôt pour aller faire les courses de bonne heure pour une fois?"

Tant pis, je me recoucherais plus tard.

Après un interminable temps de discussion, décision est prise  d'aller d'abord à Vankovka regarder les prix des bornes wifi, puis qu''on irait les comparer à elektro World, près d'Ikea. au bout de la ville quoi.

On se douche et on sort. Bien sûr, nous faisons un crochet pr zara où nous repérons chacun plusieurs petite choses ravissantes, que nous n'achetons pas encore... Et nous passons acheter nos cartes de tram. A Vankovka, nous passons un temps incroyable dans le magasin d'électro-tout, jugeons que les bornes wifi sont trop chères par rapport à ce qu'on a vu ailleurs... Mais il y'a là un mixer plongeant qui nous fait de l'oeil et deux sèche-cheveux qui correspondraient à mes attentes (à ce sujet vous êtes d'ailleurs priés de voir mon blog it express, votre avis est bienvenu!)... En gros on s'éternise, comme d'habitude.

Pour terminer dans la galerie, nous passons au magasin de café et chocolat, et y achetons un petit paquet de confiseries à se damner... Puis c'est parti vers le grand centre commercial du bout de la ville!

Je préfère ne pas vous dire combien de temps on a passé chez Elektro World, c'est tout simplement inavouable. Le fait est que nous adorons ces magasins! Mais en voyant un joli petit plat en photo, une idée germe dans la tête de Misterdoudou: "Et si on faisait des sushi?"

Mais en voilà une idée qu'elle est bonne! Nous voilà donc à Tesco pour acheter de quoi satisfaire nos envies sushisantes. On décide aussi de faire la soupe de carottes de Supermaman, que Misterdoudou veut goûter depuis si longtemps, et on farfouille dans le rayon exotique... On y trouve deux ou trois babioles, qu'on jette dans le panier... Le budget de toute une semaine y passe! finalement, on décide d'arrêter la casse et de rentrer. En plus j'ai mal aux pieds (comment ça comme d'habitude???).

Pourquoi on a perdu encore plus de temps? Ah mais c'est simple, la navette du centre commercial part et arrive directement devant la galerie Vankovka... Oui, on est rerentrés dedans... Et alors on fait ce qu'on veut non?

En fait nous sommes allés acheter le mixer qui nous faisait de l'oeil, et en allant la chercher, nous trouvons une mini-friteuse qui fait aussi réchaud à fondue, que l'on adopte aussi!

Finalement, après l'épopée des courses, nous nous retrouvons à la maison... Mais encore faut-il cuisiner!

J'attaque la crème de carottes, pendant que Misterdoudou coupe les ingrédients des sushis... Chacun à un bout de la table, concentrés, nous préparons nos mets délicats...

Quand finalement les sushis sont prêts, nous passons à table... Et on se régale!

Puis, une fois mon ventre bien rempli, je me mets directement dans le lit, je suis morte de fatigue... Il est 18h30, je m'endors en demandant à Misterdoudou de me réveiller à 19h15 pour que je puisse encore dormir pendant la nuit... Et je ne me réveille que ce matin à 7h40...

Voilà donc pourquoi je n'ai pas écrit de note hier, autre part que dans ma tête!

02/08/2008

Des courses d'expatriée...

C'est un fait, dans notre pays d'origine, nous sommes habitués à un milliers de choses qui nous semblent naturelles... et quoi de plus naturel que de faire ses courses?

Et bien à l'étranger, ce n'est plus si simple... J'imagine que ça varie beaucoup selon le pays où l'on habite, mais pour ce qui est de la Tchéquie, c'est parfois ben compliqué...

Ce qui m'a le plus surprise en allant faire les courses pour la première fois, il y'a deux ans déjà, c'était le manque de choix dans les supermarchés... A moins d'aller dans les très grandes surfaces, on n'est jamais sûr à 100% de trouver ce que l'on veut! Ça vaut aussi bien pour le nombre de marques proposées que pour certain produits qui sont tout simplement absents des supermarchés du centre. Là je pense aux produits comme le sirop d'érable, ou le poisson mais ça vaut aussi pour des choses plus simples comme le sucre en poudre!!!

Autre exemple: jeudi, avec la chaleur écrasante (31°C et pas un poil d'air!), une envie d'ice tea me prend... Je fais partie du camp Lipton pour ce qui est de l'ice tea... Mais dans mon supermarché, pas moyen, j'ai dû acheter du Nestea...  

Je vous épargne le fait que si vous ne parlez pas tchèque, vous avez de grandes chances de vous faire avoir en achetant certains produits. par exemple, en France je n'achetais jamais de pain blanc, mais ici, j'ai fini par comprendre qu'il y'avait presque systématiquement du cumin dans les autres pains, je me suis donc mise à la baguette... Ca, avec l'expérience, on apprend à faire avec et à trier correctement ce qu'on achète. Mais c'est vrai que personnellement ça a impliqué des changements dans mes habitudes alimentaires...

Les Tchèques n'ont pas non plus la mentalité de la nourriture saine telle qu'on la perçoit plus à l'Ouest.. Impossible de trouver des produits lights par exemple, les légumes sont en général mal traités et on besoin d'être vraiment examinés avant d'être achetés, et le prix du saindoux est carrément ridicule comparé à celui de l'huile d'olive...

Je sais qu'il y'a beaucoup d'expats sur la blogo et je serais bien curieuse de savoir comment c'est là où elles sont...

Pour ma part, je m'énerve encore de temps en temps quand je ne trouve pas ce que je veux, et je me rattrape en rentrant en France (je peux alors manger des kilos de poissons, fromage, crème de marrons et autres délices introuvables ici!),  et quand j'ai vraiment envie de quelque chose d'introuvable, je tente ma chance dans les très grandes surfaces de la périphérie de Brno... Mais là encore, rien n'est top sûr!