Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/02/2010

C'est la grève!

C'est la grève, c'est la grève? Comment ça vous le savez déjà il y en a tout le temps?!

Mais noooooooooooooooooooon je ne vous parle pas de la France!

C'est la grève. Ici. En Tchèquie. Là où on ne s'y attend vraiment pas.

Enfin c'est la grève, ne nous emballons pas!

C'est plutôt une discussion, une semaine en avance menée par les chauffeurs des transports en commun qui vont décider dimanche soir de si oui ou non ils feront la grève lundi matin entre 4 heures et 9 heures...

Evidemment c'est pas comme en France. Préavis d'une semaine (j'ai l'impression qu'en France on se décide beaucoup plus rapidement... Non?) Et la durée est connue une semaine en avance aussi... Et ça a de grandes chances de ne pas arriver oarce que tout le monde est persuader que les grévistes perdont leur boulot. Ca me fait bien marrer.

Le truc le plus drôle? Les Tchèques n'ont même pas compris le terme de "service minimum" quand je leur ai demandé s'il y en avait un.

La surprise, c'est pour lundi!

24/06/2008

De la folie de râter son avion...

Vous connaissez la RATP? Oui, le truc qui serait très utile à Paris si desfois ils travaillaient... Cette desorganisation qui s'occupe du transport parisien quand elle le veut bien... Et ben ce lundi là, niet, elle ne voulait pas travailler. Admettez que dans certains domaines, les clients peuvent avoir l'impression que les employés passent plus de jours à faire la grève qu'à travailler... Mais c'est un autre problème sur lequel, si vous voulez bien, nous reviendrons dans un autre billet! 

Le truc voyez-vous, c'est que pur aller jusqu'à Orly, il faut prendre le RER. Et que donc, ce jour là, c'était un bazar innommable... Nous arrivons à la gare du Nord, tout contents de rentrer chez nous... On achète nos billets, et on descend sur la voie. Là, nous guidons toute une ribambelle de touristes anglophones bien plus perdues que nous. Et on attend... On attend. Les affichages commencent à changer, et tout à coup, Antony n'apparaît plus sur aucun itinéraires...  Comme on ne sait pas où aller, on attend encore un peu en essayant de se renseigner. personne n'a aucune info, et il n'y a surtout pas quelqu'un du personnel qui pourrait nous indiquer où aller dans toute cette pagaille... Finallement, une autre passagère nous dit que ce sera sur la voie d'en face pour l'aéroport. On passe donc en face; Sauf que non. selon la télé d'affichage, ce train va juste à Denfert Rochereau. L'heure tourne. Notre avion décolle à 20h30, et il est presque 18h30...

Finalement, on se dit qu'on n'a plus grand chose à perdre, et qu'on peut peut être tenter un taxi... Dehors, les chauffeurs ne sont pas dans es taxis, et la file d'attente est... Longue..; Trop longue. On retourne dans la gare, en espérant attraper le bon RER.

De retour sur les quais de RER... L'affichage n'a pas changé. On demande à quelques personnes comment on peut faire... Personne ne sait. l'un nous conseille d'aller à Orly ville, l'autre d'aller prendre un bus je ne sais où pour je ne sais où...

Nos touristes anglaises ne sont plus là... on se demande bien comment elles ont fait, et si elles sont allées au bon endroit, mais ce qui est sûr, c'est qu'elles sont parties.

Finalement, à presque 19h, on décide que, c'est triste, mais c'est presque sûr: on  raté notre avion; On remonte. Misterdoudou fait une réclamation pour le remboursement des billets. La nunuche du guichet lui explique que c'est le RER qui fait la grève, pas la RATP... Qu'est-ce qu'il faut pas entendre! Heureusement, une un peu moins nunuche nous dit de prendre le reçu du taxi, et nous explique comment nous le faire rembourser... Bon.

On retourne aux taxis. Là, Oussama me laisse avec nos plus de 40 KG de bagages (d'un pratique à bouger dans une file d'attente, je vous raconte pas!), et il part en expédition pour chercher un taxi qui nous prendrait sans qu'on fasse la file. pour cela, il faut qu'il s'éloigne de la gare, et entre le soleil et ma vue basse, je le perds vite de vue...

 

A SUIVRE...