Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/12/2011

Les livres du mois de novembre.

Voilà, c'est comme ça, ma décision est prise: le premier vendredi du mois, ce sera une note consacrée aux livres que j'aurais lus le mois précédent. Parfaitement. Parce que ça entretiendra mon rythme de lecture (en chite libre ces dernières années), et la vie sur ce blog... Et puis comme vous m'aimez, vous aimez aussi savoir ce que j'ai aimé.

En novembre cette année, 2 livres. Pas de grande littérature, mais des livres récents, quand même bien écrits, et dans lesquels je me suis plongée très facilement. Un bon début pour une reprise d'activité lectoresque, après avoir passé les quatre dernières années à ne lire quasiment que les ouvrages obligatoires pour les examens.

Tout d'abord, pendant les vacances bien méritées, j'ai attaqué "Les enfants de Ji, le testament oublié" de Pierre Grimbert.

9782290344712_1_75.jpg

Je n'ai pas l'habitude de lire de la "heroic fantasy". Mais celui là, je l'attendais depuis longtemps, car il est le premier volume de la suite de son début: "Le secret de Ji", que j'avais dévoré juste avant le début de mon périple tchèque.Inutile de vous dire qu'il faut commencer par le début pour vraiment comprendre l'histoire. Mais au fait, quelle est-elle cette histoire? Pour faire court, au début de l'aventure, une groupe de personnes, n'ayant apparemment pas grand chose pour devenir aventuriers, se forme pour lutter contre les forces du mal. Bien sûr à la fin du premier volet de l'aventure, ils gagnent leur bataille... Mais on découvre dans "Les enfants de Ji", que leurs descendants sont en danger à cause de la première aventure. Les parents des plus jeunes disparaissent mystérieusement, et ces derniers partent à leur recherche, et découvrent peu à peu le secret de leurs ancètres. Pendant leur périple, les jeunes doivent essuyer de nombreuses attaques et leurs questions restent sans réponse... Qui a enlevé leurs parents? Pourquoi? Pourquoi leur en veut-on aussi?

Pas facile de raconter de quoi éveiller votre curiosité sans trop en dévoiler... Bien sûr le livre se finit dans un suspense encore total, donc j'ai hâte de commander les 4 prochains volets pour connaître le fin mot de l'histoire!

 

Ensuite j'ai dévoré "Je veux vivre", de Jenny Downham. D'abord, autant vous le dire tout de suite: j'ai acheté ce livre sans même regarder le nom de l'auteur, et sans me rendre compte avant de le lire que c'était un livre anglophone, tant je deséspérais de remplmer ma bibliothèque francophone. Du coup j'en ai lu une traduction de Aleth Paluel-Marmont. En plus le livre éstampillé best-seller, direct, ça me donne pas envie normalement, j'ai eu assez de déceptions avec les best-sellers... Mais le titre m'a attirée. Ensuite, je l'ai lu en entier, tout d'une traite avant de me rendre compte que c'était un Pocket Jeunesse... Du coup nous avons deux possibilités: ou bien je suis restée trop jeune dans ma tête, ou bien, ce livre a été mal évalué à l'édition. Qu'importe, puisque j'ai aimé, je vous en parle.

9782266217149.jpg


Voilà, le résumé, vous le voyez en gros sur la couverture... C'est donc l'histoire de Tessa, une jeune anglaise mourante, qui dresse une liste de tout ce qu'elle aimerait faire avant de mourir. Aidée par sa meilleure amie et sa famille, elle se lance dans l'aventure... Parfois avec succès, parois rattrapée par la maladie. On se prend à espérer pour elle et avec elle, je suis vraiment entrée dans ce livre comme si je faisais partie des personnages... L'écriture est simple et efficace, et les dernières pages... Destabilisantes. Un livre à dévorer quand on a besoin de relativiser les petites misères de la vie... ou quand on cherche un bon bouquin à se mettre sous la dent, tout simplement!

(En cherchant une image de la couverture je suis tombée sur cet autre avis de lectrice: http://www.unpeudelecture.com/article-36965590.html)

 

Lire ces deux ouvrages m'a rappelé quelque chose que j'avais fini par oublier tant j'ai ingurgité de lectures imposées sans prendre le temps de chercher un "livre plaisir" ces dernières années: j'adore lire. Plus que regarder un film je crois. Quand on lit on s'investit, on crée un part de l'histoire en imaginant les personnages, on se plonge dans un monde qui n'est pas le notre mais qui nous correspond forcément grâce à l'effort qu'on est obligés de fournir, et qui nous invite à en faire partie...

13/09/2011

Ortograf, ken tu noux tient...

De nos jours, une orthographe acceptable semble être une denrée rare... Et pas que chez les jeunes, n'en déplaise aux plus âgés!

Je ne prétends pas être un pro de l'orthographe, et j'avoue utiliser régulièrement un dictionnaire ou pire, un site de conjugaison pour vérifier mes terminaisons de temps en temps (et fort heureusement dans 95% des cas au moins, j'avais bon m'dame!). Il n'y a aucun problème à ne pas savoir, à ne pas être sûre... Mais n'y en a-t-il pas un à ne pas vouloir faire l'effort? L'effort d'être compris facilement par les gens qui nous lisent? L'effort de montrer aux lecteurs qu'on les respecte? Surtout quand on voit le nombre d'outils à la portée de tous tels que dictionnaires, correcteurs orthographiques, livres de grammaire, sites de grammaire ou de conjugaison en ligne etc... L'effort est vraiment des moindres!

Et derrière quoi ne se cache-t-on pas pour camoufler ce manque d'effort! "Oui mais chuis dyslexique m'dame!" dira ce gamin sans connaître la signification du mot qu'il emploie, répétant l'excuse auto-diagnostiquée par ses parents... "La baisse du niveau de lecture et d'orthographe est étroitement liée au fait que dorénavant, tous les Français vont à l'école et apprennent à lire et à écrire. L'éradication de l'illetrisme est progressive." dira ce recteur d'académie, bien occupé à protéger sa petite méthode globale de lecture. Ce à quoi je répondrai: "gné????" Comme une illetrée! "C'est la faute à son portable et ses sms là, on peut plus les faire lire les gosses maintenant y z'en font plus qu'à leur tête!" dira ce parent dépassé par le bulletin de son enfant, et l'overdose de technologie auquel il l'a exposé depuis son plus jeune âge... "C'est la faute de l'école et du je m'en-foutisme général de l'Education nationale", dira cet autre, qui ma foi maîtrise fort bien la langue de Molière, mais s'est entièrement reposé sur l'école pour apprendre à sa chère tête blonde les joies de l'alphabet (chose que je ne blâme absolument pas, ne nous méprenons pas!). "P'tain mais qu'est-ce qu'e' m'soûle grave l'aut' là avec ses histoires! J'en ai rien à foutre moi l'orthographe c'est pour les nazes ça sert à rien prenez pas la tête quoi!" dira cet ado révolté... Juste parce qu'il éprouve un besoin permanent d'être en conflit avec ses aînés (qui n'écrivent pourtant pas toujours mieux que lui).

Moi je suis choquée de toutes ces fausses excuses et de voir que tout le monde se rejette la responsabilité au lieu de chercher des solutions.

Je suis choquée de voir qu'à 11 ans, Titi le petit garçon que j'ai gardé il fut un temps lisait avec peine, comme un robot, et ne comprenait absolument aucune règle d'orthographe, malgré toute la patience que j'ai employée pour les lui expliquer encore et encore. Un jour j'avais demandé à sa maman si il avait appris à lire avec la méthode globale. "Oui", m'a-t-elle répondu d'un air résigné "C'était comme ça quand il était en CP, maintenant on a beau essayer de rectifier, c'est trop tard". Le chérubin, à l'aube de son entrée en sixième, se débrouilait mieux à l'écrit en anglais qu'en français...

Je suis choquée de voir que la télé a totalement remplacé la lecture dans tant de foyers.

Choquée de voir que la seule lecture de certains est la presse populaire... Truffée de fautes d'orthographe!

Choquée d'entendre des fautes de français à tout va à la télévision, comme si on sélectionnait les présentateurs exprès pour leur bas niveau...

Je suis choquée de recevoir des e-mails de managers haut placés dans leurs sociétés, dont aucun participe passé n'est correctement accordé.

Je suis choquée de lire des forums ou des blogs (z'avez déjà fait un tour sur skyblog vous?) dont pas une phrase n'est orthographiée correctement. Parfois avec en prime, une absence totale de majuscules, d'accents et de ponctuation.

Choquée de voir les banderoles de revendications des manifestants... Je remarque plus facilement celles sans fautes, c'est tellement rare!

Oui je pense que la lecture et l'écriture sont étroitement liées.

Oui je pense qu'il existe de vrais dyslexiques qui sont malheureusement discrédités de nos jours, par tous ceux qui se prétendent dyslexiques pour camoufler leur paresse.

Oui je pense que c'est le rôle des parents d'éduquer leurs enfants mais le rôle de l'école de les instruire. (Et je ne parle pas de la culture générale mais bien des bases!)

Oui je pense que s'adresser à son interlocuteur dans un français correct, que ce soit à l'oral ou à l'écrit, c'est une forme de respect.

Mais non, je ne pense pas que l'avenir soit condamné à voir la langue française se simplifier au profit des paresseux. Je ne pense pas que les générations futures soient condamnées à mal écrire ou à oublier l'écriture manuscrite.

Allons allons, avec un peu de bonne volonté et de prise de responsabilité, est-ce qu'on ne s'écorcherait pas dix fois moins les yeux et les oreilles? (Allez je vous laisse, je m'en vais cliquer sur mon correcteur d'orthographe pour vérifier que je ne participe pas trop au massacre... Ce serait le comble!)

orthographe.gif

06/09/2009

Une histoire de livres...

Quand j'étais en 6ème ou en 5ème, je ne sais plus, un prof de français nous avait conseillé de tenir à jour une liste des livres que nous lisions pendant l'année, de manière à ce que nous puissions vraiment nous rendre compte de la quantité et du type de livres lus... Bizarrement cette idée m'a plu, et j'ai toujours cette manie de noter toutes mes lectures, classée par année, des fois scolaires, des fois civiles, dans un classeur, depuis l'année 2003/2004. Je ne sais pas ce que sont devenues les listes d'avant.

Cette liste ne me sert pas à grand chose... Si ce n'est à fournir la preuve irréfutable d'une évidence: je ne lis plus.

J'ai toujours beaucoup aimé entrer dans une librairie, lire les résumés et quelques pages de 20 livres avant d'en acheter un seul... Mais ici, c'est beaucoup plus difficile. Très peu de librairies proposent des livres en français, et la plupart sont juste des classiques, alors que moi j'aime lire de tout! C'est juste différent. Je retrouve ce plaisir quand je rentre en France, mais là le prix des livres est décourageant.

Année scolaire 2003/2004, grandes vacances incluses: 25 livres.

Année scolaire 2008/2009, grandes vacances incluses: 8 livres (dont 3 en anglais pour les cours, et 3 livres d'enfants).

Hem. Des répercutions? Oui sur mon orthographe par exemple... Je dois réfléchir beaucoup plus maintenant que quand je lisais beaucoup. Comme j'habite à l'étranger, le fait de lire en français me permettrais aussi tout simplement de lire du français correct, car à l'étranger on a tendance à attraper les erreurs des colègues ayant une autre langue maternelle... Surtout maintenant que je ne travaille plus avec des français...

Et puis la littérature est un élément de culture générale important non?

J'ai donc décidé de me remettre à la lecture! Je suis d'ailleurs preneuse de tous vos conseils de lecture! Moi en attendant, je vais aller mettre à jour mon panier sur Amazon!

Livre.gif