Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/07/2012

Petits cadeaux entre amis...

L'autre jour, nous étions invités chez nos voisins pour le thé... Et comme à chaque fois que nous sommes invités, surtout quand c'est la première fois, nous nous demandons quoi emmener avec nous pour nos hôtes.

Chez nous, si on reçoit souvent avec un bon gâteau fait maison, on n'amène pas de fait maison chez les autres en guise de cadeau. On achète donc toujours quelque chose à offrir à nos hôtes.

Quand on connait déjà bien les gens, c'est assez facile de faire bonne pioche, mais quand on est reçus pour la première fois... C'est une autre paire de manches!

On ajoute à la difficulté en se demandant toujours, si ce qu'on a finalement choisi est culturellement compatible.

Du coup, on tourne souvent sur des choses "universelles", qui plaisent à tous: belle bouteille de vin, chocolats... Personnellement j'aime assez offrir un bouquet de fleurs, car j'aime aussi en recevoir (bien plus que du vin!).

Quand l'hotesse, c'est moi, j'ouvre toujours ce qu'on m'a apporté. Je ne me rappelle pas avoir déjà oublié. Mais j'ai constaté que ce n'était que rarement le cas quand nous amenions quelque chose. 'avoue que ça m'a parfois un peu vexée, mais j'ai mis ça sur le compte de la culture...

Et toi lecteur? Tu amènes quoi chez les gens? Tu aimes recevoir quoi? (Comment ça je grappille des idées pour la prochaine fois???)

01/05/2012

Je fais des folies de mon corps...

Misterbébé ayant finalement décidé de nous rejoindre ce 27 mars, je retrouve peu à peu des sensations oubliées... Et oui, je peux redisposer de mon corps comme bon me semble! (Enfin, quand ce n'est pas l'heure de la tétée, ni du change, ni du bain, ni... Bref, tu me comprends!)

Par exemple, l'autre jour, j'ai fait un truc insensé: poser mon pieds sur le lavabo pour couper les ongles de mes petits orteils (pas les autres, Misterbébé étant à plus de deux mètres de moi dans les bras de son papy, je ne pouvais m'éloigner plus de 35 secondes enfin!) Bonheur total!

Je retrouve aussi le bonheur, allongée sur le côté, d'attraper le pied du sessus et de tendre la jambe comme si de rien était (ou presque, en 9 mois, on perd un peu de souplesse quand même...)

Autre truc formidable? Se raser les jambes! Bon, vite fait quand même hein, et pas épiler non plus faut pas pousser y'a pas le temps! Mais ce tout petit micro chouilla de féminité... C'est appréciable!

Le top du top, c'est de pouvoir marcher sans souffler comme un boeuf au bout de deux mètres cinquante, et même de pouvoir courir (tout doucement hein) en entendant des pleurs familiers, pour aller vite consoler la bête...

Bref, tu l'as compris, depuis 5 semaines, mon corps m'appartient de nouveau... Enfin presque hein!

17/02/2012

Valeurs? Savoir-vivre?

Je ne sais pas.

L'autre jour, je monte dans le tram. A 14h32 parce qu'à cette heure-ci, normalement, les trams sont vides.

Là non: il était plein à craquer.

Plein de petits jeunes assis sur les places prioritaires. Et un vieux. face à un jeune, dans les seules places face à face du tram.

Moi je monte donc avec mon ventre de huits mois. personne ne se lève. Boaf, je m'y attendais (je t'ai dit que quand t'es enceinte, personne se lève dans les transports?), j'attrape la barre à côté du vieux. Il me voit. Il se lève.

Pas un jeune non. Le vieux se lève, malgré mes protestations que ça va aller qu'il reste assis. Il se lève et part attraper la barre de l'autre côté.

Le jeune en face de lui le regarde, me regarde, et ne bouge pas. C'est un jeune de l'autre côté qui, voyant le vieux se lever lui a laissé sa place.

2 arrêts plus tard, le jeune qui ne s'est pas bougé les fesses descend... est-il besoin de préciser qu'il ne boitait pas et n'avait pas l'ombre d'un problème en vue?

Ce genre de comportement, j'avoue ne pas les comprendre...

10/01/2012

Comment remplir une déchiqueteuse...

Le jour tant attendu arriva donc un mardi... Pas le dernier jour de boulot non, mais le dernier jour au boulot, après avoir été enchainée à un casque, après avoir gardé les yeux rivés sur des files d'appels qui défilaient sur un écran, après avoir passé quelques milliers d'heures sur des présentation power point, ça sonnait déjà comme une délivrance...
Je préparai un document de "handover" pour mon successeur non encore identifié, je conclus mon dernier management meeting par l'annonce tant attendue: "Mes chers compatriotes, ceci était mon dernier meeting avec vous... Pour le moment!"
Je vidai mon casier où je découvris moult trésors enfouis, presque oubliés... Le petit cochon rose que Hana m'avait donné, le martisor amené par Cristina, le trèfle en papier de St Patrick distribué à toute l'équipe par Oana... Mais aussi les vestiges d'une époque révolue: cahiers remplis de notes de mes propres appels, fichiers de distribution des tâches d'agents partis depuis longtemps, d'une époque où misterdoudou ne s'appelait encore qu'Oussama et où malgré quelques accrochages, l'équipe roulait comme sur des roulettes et enchaînait les bons résultats... Parmi tout cela, des couverts en tous genre, et même des assiettes en carton, vestiges de mes premiers mois de team leader, ma boite à sucre, qui ne me servait jamais mais si populaire parmi "mes" agents, les résultats de mon premier "champion of the month" avec la photo de la gagnante partie depuis longtemps... Une fois tout cela vidé et trié, je me dirigeai vers la déchiqueteuse et la nourris jusqu'à ce qu'elle n'en puisse plus, d'années d'appels téléphoniques, les miens mais aussi ceux des autres, de documents ramassés ça et là sur les bureaux de mes agents pour des raisons de compliance, et jamais réclamés par les intéressés... Puis je rendis la clef de mon casier à la gardienne des clefs, qui en retour me signa la fameuse "exit list": le saint Graal de tout employé s'en allant vers de nouvelles aventures.
La chasse aux signatures avait officiellement commencé. j'enchainai les visites aux diverses HR pour obtenir leurs autorisation de m'en aller, je signai aussi bon nombre de documents, que j'avais déjà signé il y a des jours, des mois, des années, qui confirmaient que je rendais bien ce que l'on m'avait prêté...
Et une fois le maximum fait, alors qu'il ne me manquait plus que trois signatures sur la liste en question, je pus rentrer chez moi, tenant fermement la liste salvatrice, tout en savourant intérieurement, ce petit goût de liberté...

 

*Woaow trop classe le passé simple hein? Ca rend tout ça bien émouvant comme il faut, on dirait que je m'en vais pour de vrai pour de bon alors qu'en vrai je bosse encore trois jours... Et que je reviendrai!*

05/01/2012

Ce rêve bleu...

Et non. Chez moi les rêves ne sont pas toujours bleus. J'ai même un don tout particulier pour les rêves bizarres...

Parfois très perturbants même.

Comme cette fois, quand j'avais 16 ans, où j'ai rêvé que je mourrais subitement dans les escaliers du lycée. Je me suis effondrée style crise cardiaque, ma copine rousse a rigolé. Et puis plus rien. Le vide total cette nuit là. Au matin en me réveillant ma première pensée a été "Purée je suis un fantôme!" J'étais persuadée d'être morte. Il m'a fallu toute une journée pour m'en remettre... (Il faut dire que quand les gens te demandent à longueur de journée si tout va bien parce que tu es "toute blanche" ça n'aide pas à te défantômiser...)

Parfois, ininterprétables.

Comme cette fois où j'ai rêvé que le prince charmant de Cendrillon (ou était-ce la Belle aux bois dormant?) tombait amoureux de ma soeur, et se transformait en oiseaux bleu, qui mangeait des graines en picorant comme un moineau et en répétant que c'était délicieux... Tout à coup il est mort: les graines étaient empoisonnées...

Parfois effrayants.

Comme cette nuit maudite où j'ai fait à quelques heures d'intervalles, le même rêve se passant à deux époques différentes, où un tueur assassinait toutes les femmes qui étaient là où j'habitais... (je simplifie hein, en vrai c'était assez complexe) Rêve tellement intense que j'étais persuadée d'avoir entendu la voix du tueur en question me dire que j'étais la prochaine... je crois que c'est cette nuit là que pour la première fois, je n'étais pas moi-même dans mes rêves effrayants. J'étais bien là, c'était bien moi, mais ce n'était pas mon corps. Quelques semaines plus tard, en apprenant l'histoire de la maison dans laquelle je me trouvais, certaines similitudes frappantes avec mon rêve ont achevé de me traumatiser. Il fallait que je quitte cet endroit. Dingue ce que les rêves peuvent faire!

Parfois symboliques... Mais de quoi?

Par exemple, je rêve très souvent que je suis sur un bateau ou dans la mer, ou encore que je peux vivre sous l'eau (il y a quelques semaines je me suis fait plein de potes baleines et dauphins comme ça... on a même défait un requin qui voulait nous manger!) Cette nuit rebelote: toute ma boite a embarqué sur un bateau... Et j'ai enfermé par inadvertance (mais j'étais bien contente!) deux pestes de mon anciennes équipe détestée dans une salle de rangement qu'on ne peut ouvrir que de l'extérieur ou avec un pass spécial (qu'elles n'avaient pas bien entendu!) Je n'ai jamais compris cette récurrence de l'eau dans mes rêves. Pourtant j'arrive bien souvent à "comprendre" mes rêves... Mais cet élément m'échappe totalement.

Parfois en réel rapport avec des évènements à venir.

Je ne te raconte pas le nombre de fois que j'ai rêvé d'une catastrophe à mon mariage, que je me perdais dans les couloirs de la fac, que "mes agents" faisaient toutes sortes de bêtises, ou encore que j'accouchais dans le dojo de mon ancien lycée...

Ce qui est sûr c'est que mes rêves sont rarement "beaux". Je ne suis pas facilement stressée dans la vie de tous les jours, et pourtant tellement d'angoisses marquent mes rêves... Je ne me rappelle pas d'un seul rêve où je n'ai pas (ou un proche) été en danger... Même dans les rêves érotiques (non ceux là je t'en parlerai pas. Na!), c'est dire! En général je finis toujours par être poursuivie par les méchants, ou pire, par être attrapée... ou par être victime de complots ou de coups montés etc... Régulièrement même, je me réveille la nuit. Tout ça pour que mon inconscient s'exprime en paix. Je suis fatiguée le matin quand je me réveille, je me rappelle presque systématiquement de mes rêves, et une chose est sûre: tisanes, fleur d'oranger, pomme, laitage et tous les trucs de grand-mère ne peuvent rien contre mon inconscient: je dors mal, et ça a l'air d'être une condamnation à vie...

16/12/2011

Un souvenir de ta petite enfance - Journée internationale de la satisfaction du gogol (si si j'y tiens!)

Et oui, c'est ce qui m'a été demandé via une recherche gogole... Un souvenir de ma petite enfance à môa...

Ce n'est pas évident comme question, parce que sa petite enfance, le peu qu'on s'en rappelle est très flou!

Par exemple, la première chose qui me soit venue à l'esprit comme souvenir, c'est moi dévalant la pente menant à la gare RER d'Evry, sur mon petit vélo rose sans parvenir à freiner... Je devais avoir 3 ou 4 ans... Je revois les portes vitrées bordées de rouge dans lesquelles ma course effernée semblait vouloir s'arrêter à tout prix, s'ouvrir et se refermer régulièrement au gré des voyageurs qui rentraient du travail en pleine heure de pointe (en tout cas il me semblait qu'il y avait beaucoup de monde que je ne pourrait éviter à un moment ou à un autre...). Ça faisait peur. Je me demande encore comment c'est possible que je n'aie pas été traumatisée à vie du vélo après cette histoire!

Mais vois-tu, je ne suis pas sûre que mes souvenirs de cette époque soient bien exacts... Car figure toi que l'image la plus nette qu'il me reste en tête, c'est mon Illustremaman courant derrière moi, avec une de mes petites soeurs dans le porte-bébé pour me rattraper... Or, si tu as bien suivi, si mon Illustremaman courrait derrière moi, logiquement, je ne pouvais pas la voir!

Et je me revois moi-même, hurlant, les pieds ne touchant plus ni le sol ni les pédales (est-ce que j'en avais seulement des pédales?), avec mes petites couettes au vent... Mais est-ce que j'avais des couettes ou est-ce le fruit de mon imagination?

Bref, j'ai un souvenir de ma petite enfance moi... J'en rigole maintenant parce qu'avec le recul, la scène devait être très comique pour les passants (dont aucun n'a eu l'ingénieuse idée de m'aider, est-il besoin de le préciser?). Et la seule chose dont je sois sûre, c'est que j'adorais ce petit vélo (rose et bleu dans mon souvenir...), mon premier vélo... je ne me rappelle absolument pas comment j'ai perdu le contrôle du véhicule, mais j'ai effectivement fini propulsée contre les portes du RER. Quand j'y pense, j'ai du faire un vol planné formidable au-dessus du petit vélo qui se faisait passer pour un innocent en m'accusant moi d'être un chauffarde! Pfff même pas mal! Enfin si sur le moment, mais je serais bien incapable de te dire où je me suis écorchée en retombant quelque part entre des portes et un sol hostiles, au milieu de voyageurs pressés qui me regardaient d'un air ahuri...

 

vélo,rer,perte de contrôle,chauffarde,enfance,souvenir

Si toi aussi tu aimes les gogoleries et participes à cette première journée internationale, n'hésite pas à me laisser un lien vers ton article en commentaire pour que je puisse aller le lire!

14/12/2011

Bon, ben Noël alors...

Ce soir, pas trop d'inspiration pour écrire, je trainasse sur la blogosphère...

Et bien figurez-vous que tout le monde, oui tout le monde parle de Noël! C'est dingue à J-11 non?

Moi j'adore Noël et la période de Noël... Mais cette année:

1) Je n'ai pas encore été au marché de Noël apprécier l'ambiance...

2) Je n'ai pas fini mes cadeaux...

3) Ma pâte à truffe est toujours en train de prendre et ma pâte à sablés repose au frigo pour la nuit (ben si la recette dit qu'il faut, il faut!)...

4) Je n'ai pas décoré chez moi, je me vengerai chez mes parents dans une semaine...

5) Le centre commercial du centre-ville nous ressort la même déco pour les troisième année consécutive, il se contentne de changer les postures de personnages d'une année sur l'autre...

6) Il ne fait pas froid...

 

Bref, c'est bientôt Noël, et rien, mais alors rien n'est prêt!

 

noël,préparatifs

23/09/2011

La pire seconde de panique de ma vie.

Hier, je me baladais tranquillement sur la blogo, quand j'ai découvert par hasard Colinette. J'ai tout naturellement commencé par le dernier article publié. Amusant. J'aime. Et là, tout à coup, sans crier gare, voilà qu'elle nous sort que quand on a un enfant, il faut l'aider à faire ses maths le soir.

Et je me suis vue, dans quelques années...

- "Mamaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaan Tu peux m'aider à faire mes devoiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiirs?"

- "Oui mon poulet", je répondrai en trottinant gaiement vers le grand dadet boutonneux, qui, studieux, essaye de décrocher son bac avec mention, laissant mes copies à corriger pour le lendemains en désordre sur mon propre bureau, et les deux plus jeunes se disputer au sujet meilleur parfum de glace qui existe au monde en retournant le salon.

Et il me montre son exercice, sur sa tablette hi-tech, dont je ne comprendrait rien du fonctionnement, et là, je la vois. L'équation à 36 inconnue. Des chiffres et des lettres en personne (alors qu'on m'a bien dit pendant ma première année d'école qu'on ne pouvait calculer QUE des nombres et en aucun cas des lettres ou des bananes... Quelle menteuse cette maîtresse!) Le cauchemar de ma vie. Que faire?

Parce que vois tu cher lecteur. Là, d'un coup, j'ai réalisé que tout ce que j'avais rêvé pour ma vie future risquait d'être réduit à néant par une compliquée simple équation. Je ne pourrai jamais être une mère parfaite. Celle qui aide en math au-delà du niveau 6ième...

Parce que vois-tu cher lecteur, moi, à l'école, je n'étais pas mauvaise en maths. Au début du collège non plus d'ailleurs. J'étais même très forte en calcul mental. Maintenant je suis très forte en démarrer, exécuter, calc. Mais la 4ième doit représenter une rupture dans ma vie. Et j'en ai profité pour rompre avec les maths. D'un coup, comme ça, je n'y ai plus rien compris. Que Pythagore se retourne dans sa tombe, moi les histoires de carrés d'hypothénuses, ou autre somme de AB+AC=ABC, n2, fx ou autres codes secrets, je les laisse à Thalès, ou à qui en voudra bien! Et même quand je comprenais les règles et que je les appliquais à la lettre, je ne tombais jamais sur le même résultat que la prof. C'est rageant à la fin. Et elle osait me dire que c'était moi qui me trompais Mais qui me prouve que ce n'était pas elle?

Du coup voilà. Je me suis vue, l'espace d'un instant, incapable d'aider mon rejeton en crise dans son exercice de maths de terminale S. Mère indigne qui ferait mieux de retourner à ses copies d'anglais, ou séparer les deux derniers sur le point de s'étriper.

Et tout d'un coup, comme ça, sans crier gare j'ai eu une illumination. Bon mon poulet, papa est un fou furieux du boulot et il risque de rentrer vers minuit, mais exeptionnellement tu peux l'attendre pour t'aider avec ton exercice de maths. Misterdoudou lui, une équation à 36 inconnue, c'est le rêve de sa vie. (Après moi, le dadet et les deux plus jeunes belliqueux, faut pas exagérer non plus!) Ça l'éclatera comme un fou! Et alors là, ce fut le soulagement. la fin de cette seconde de panique interminable: Misterdoudou et moi pouvons être complémentaires sur l'aide aux devoirs... Si ce n'est pas une belle projection du future ça!

Moi les maths, du coup j'ai laissé tomber. Je suis partie en filière littéraire. J'ai choisi italien en option au lucée, en plus de l'anglais et de l'allemand. Quand j'ai tenté la fac "en vrai", j'ai pris russe en option... En première année de LLCE j'ai repris allemand, puis en deuxième année italien, pour finir par prendre espagnol en troisième année, juste parce que je suis une kamikaze... Entre temps je m'étais entichée d'un livre de chinois, et j'ai été plus ou moins contrainte d'apprendre le tchèque, et la vie m'a amenée à baragouiner trois mots d'arabe tunisien...

Bref, si un joyeux rejeton me demande un jour de l'aider dans n'importe quelle langue habituellement proposée dans les établissements scolaires, je pourrai faire quelque chose. Sauf pour l'arabe, je laisse ça à son papa. Quand même. Faut pas charrier.

16/09/2011

De la malédiction des boites de bonbons...

Les bonbons... Ah ces petites choses colorées et si sucrées qui sont si redoutable pour notre santé, mais face auxquels on ne peut rester raisonnables...

Je n'en mange pas si souvent. Mis à part peut-être les Tic tac, mais ce ne sont pas des vrais bonbons.

Mais quand j'en mange, ils vont par paires! Comme beaucoup de choses comestibles d'ailleurs (sauf les petit-pois, ça prendrait trop de temps de les manger deux par deux).

J'ignore depuis combien d'années je mange mes bonbons de la sorte, mais ça doit en faire une sacré paire! Du coup, je suis maintenant en mesure d'affirmer ici, haut et fort, devant tout le monde: les boites de bonbons sont maudites.

Pourquoi? Mais elles ne contiennent jamais de nombre pair de bonbons! C'est quand même inadmissible qu'on ne compte pas les bonbons avant de les mettre en boite vous ne trouvez pas? C'est scandaleux oui! Surtout qu'à côté de ça on nous raconte que la moyenne nationale c'est d'avoir 2 enfants, vous imaginez les disputes?

Non, je me dois de rouspéter. Les boites de bonbons ne devraient contenir que des chiffres pairs.

Imaginez un peu. Depuis toutes ces années bonbonnesques, j'ai le souvenir de n'être tombée que 2 fois sur une boite de Tic Tac avec un nombre de petits cachets pairs (sérieux vous trouvez pas qu'on dirait des médocs ces trucs là?). En plus le dernier, souvent il est coincé dans la boite et t'es obligée de la taper sur la table. Juste comme ça pour t'embêter encore plus. Aujourd'hui encore je me suis faite avoir par de vulgaires papillons en gélatine...

Et puis tu as remarqué? Les bonbons, c'est irrésistible, tu manges toujours ceux que tu préfères en premier. La logique inverse de celle que tu utilises à toute autre fin comestible. Pour les bonbons, c'est dans ce sens là et puis c'est tout. Du coup, une fois que tu as mangé tous les bonbons rouges et les bonbons jaunes, il te reste quoi? Les verts!!! Les pires des pires, accompagnés de leurs potes les oranges et les bleus. Non mais quel toupet! Ils sont là face à toi à te narguer, et tu ne peux rien faire...

Ce qui nous ramène à nos papillons, ou à comment, pour finir la boite, je viens de manger 2 + 1seul (et non deux autres comme ça aurait du!) papillons, tous faits d'ailes vertes et d'un corps orange...

Non mais où va-t-on, je vous le demande...

papillons.jpg

23/08/2011

La tomate récalcitrante...

Vous vous rappelez de ma tomate, vous n'avez pas pu l'oublier, je vous en ai déjà parlé , et ... Et bien ma chère petite tomate est en grève générale... Elle pousse à vue d'oeil, fait des branches et des feuilles... mais pas de fleurs. Pas une fleur... Désespérée depuis un moment déjà, j'avais décidé de laisser tomber quand... Une toute petite lueur d'espoir apparut! Toute petite la lueur hein, faut pas abuser non plus! Mais depuis 2 jours, il y a deux petits bourgeons sur la plante en question... 2 petits bourgeons qui ne ressemblent pas à ceux qui habituellement font des feuilles... 2 possibilités: soit des fleurs vont enfin apparaitre (bon 2, mais c"est mieux que rien), soit je suis devenue tellement obsédée par l'absence de fleurs sur mon pied de tomate, que j'ai des hallucinations visuelles... Inutile de vous dire que je préfère la première option! Après, reste à savoir si en cas de fleurs, les fruits auront le temps de mûrir avant le temps pourri qui caractérise l'automne tchèque...

Bref, puisqu'on parle du jardin, voici les autres nouvelles, en images s'il vous plait!

Un peu de persil qui grandit... je l'ai laissé un peu en désordre et ça n'a pas l'air de le déranger...

DSC01273.JPG

Et son pote le bébé caoutchouc qui s'en fout royalement... DSC01274.JPG

 

 

 

 

 

 

Papa ficu, maman ficus, et leur nouvelle copine, une dracaena je ne sais plus quoi, récemment adopte contre une bouchée de pain chez le suédois...

DSC01275.JPG

La très célèbre tomate: DSC01277.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

DSC01279.JPGLes deux piments presque prêts... D'autres sont en train de grandir, ces bêbpetes là grandissent à vue d'oeil!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le pied de piments en fleur:

DSC01280.JPGLe petit poivron qui a repris du poil de la bête:

DSC01281.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les deux poivrons qui grandissent bien vite aussi...

DSC01282.JPG

Le porteur de ces petites merveilles, tout de fleurs vêtu:DSC01283.JPG

 

Un noyau d'avocat, que je tente de faire germer... Et oui après recherche Internet, j'ai décidé qu'un avocatier, c'était fort joli!

DSC01284.JPG

 

 

 

 

 

 

 

Et pour finir, une vue d'ensemble du "jardin"!

DSC01285.JPG